TOPOGRAPHIE ET ARTILLERIE (suite)

Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

- L -

LADOIS

Portrait : Ladois-Froment était une entreprise française (constructeur des instruments de l’Ecole Spéciale Militaire) 69, rue Gambetta, Malakoff / Paris. Elle fut reprise par Doignon.
Nous ne possédons malheureusement aucune information précise concernant cette société. Toute aide sera la bienvenue.

Ci-dessous : le célèbre modèle système du général Paul PEIGNÉ dans la version améliorée de 1873. La Revue du Cercle Militaire (RCM, éd. du 8 janvier 1888 - 3 p., copie disponible) indique que le gén. Peigné avait fait réaliser cette version de sa boussole par LADOIS. L'article la décrit en détail (4 fig.) et précise qu'elle a été adoptée par l'Ecole de Saint Maixent.

Gravure de dr. : Descr. extraite de l'article de la RCM - Cliquer sur l'image pour l'agrandir

LADOIS a aussi fabriqué la version carrée en bois et/ou vendu sous son nom des boussoles de gousset.



Ce modèle cylindrique métallique (dit "de Saint-Maixent") ne possédait pas le frein d'oscillations de l'aiguille par piston prisonnier typique des boussoles PEIGNÉ mais un simple levier manuel.

(Utilisation de copies des photos publiées sur eBay
autorisée par le vendeur cl1663)


Fiche technique
- Diamètre : env. 85 mm
- Hauteur : env. 25 mm
- Graduation : 360 degrés
- Clinomètre: (aucune information)
- Poids : env. 350 g
- Date de fabrication : 1887



Le catalogue MORIN de 1930 proposait une demi-douzaine de versions différentes
TACHÉOMÈTRE (env. 1890)
Fiche technique
(...)
Signature: "Ladois-Froment à Paris"



(Photos Moshe Fogel)

LAGUNA

Portrait : Entreprise espagnole de Saragosse créée en 1880 par Amado Laguna der Rins (instr. de précision) et transformée en société anonyme en 1920. Les actions sont entre les mains de la famille. LAGUNA a  réalisé dans les années 1930 une version modernisée de la boussole BÜCHI mod. II. Voir aussi cette boussole à casier en bois.
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

LAMB

Portrait : Anthony Lamb a appris le métier chez un facteur d'instruments de Londres. Il eut des démêlés avec la justice lorsqu'il fit des casses avec un cambrioleur célèbre. Il fut condamné à la déportation vers les colonies (les futurs Etats-Unis). Après avoir purgé sa peine il s'établit comme artisan et devint l'un des premiers facteur dinstruments de l'autre côté de l'Atlantique. Cette boussole est antérieure à la guerre d'indépendance.  Son fils a également joué un rôle dans l'histoire des USA et combattit sous les ordres du général Washington au cours de cette guerre.




Photos Brian/surveyantiques.com
(Cliquer sur les images pour les agrandir)

Fiche technique
Longueur :380 mm
Diam. : 134 mm
Long. aiguille : 115 mm
Hauteir pinnules : 152 mm
Poids: env. 2 kg

Date de fabrication : env. 1740
La signature : ALamb N York 


Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

L.A.T. - Les Accessoires Topographiques

Portrait : Ancienne entreprise française (adresse : 44, rue Etienne DOLET - 94230 CACHAN) fondée par le fils du directeur de SECRÉTAN. Elle fut ensuite rachetée par MORIN et devint MORIN-SECRÉTAN puis ensuite SRPI MORIN avant de disparaître.
NOTA: COMPASSIPEDIA ne possède malheureusement aucune information précise concernant cette société. Toute aide sera bienvenue. Quiconque pourra nouis aider est cordialement invité à nous contacter.
L.A.T. produisait du matériel pour tous travaux de topographie.
Photo d'une page de catalogue ICI.

LAVAUZELLE

Portrait : Lavauzelle est une entreprise française (imprimerie, matériel de bureau) créée en 1835. Elle a fourni pendant très longtemps la majeure partie des documents imprimés (cartes, documents officiels, littérature spécialisée) au Ministère de la Guerre.
1 . Réglette d'évaluation des distances pour officiers (1ère G.M.) avec tableau des échelles de pentes (comparer avec le tableau de la boussole du Général Peigné). Système identique à celui de la boussole Bézard. Son utilisateur en a coupé la partie supérieure sans doute pour pouvoir la faire tenir dans un poche d'uniforme avec rabat. La tangente à la coupure correspond malgré tout au zéro de la réglette.



(Cliquer pour agrandir)

Mode d'emploi (extrait du Précis de Topographie du Col. Mathieu, éd. 1939)
Fiche technique
1 - Descr. (voir ci-dessus)
Dimensions : 150 x 30 mm
- Curvimètre à molette (type Gaumet)
- Tableau de correspondance des unités de mesures anglaises et russes
- La réglette intacte possède une loupe à son extrémité.



2 - Rapporteur spécial gradué en millièmes destiné à être utilisé avec une Boussole Directrice (ex.: MORIN, S-L).

Fig. de g.: Note technique du Ministère de la Guerre

LAWES RABJOHNS Ltd.

Portrait : ancienne entreprise britannique. Les frères Lawes Brothers débutèrent en affaires en 1919. Dacres Rabjohns débutèrent en 1922. En 1936, il créèrent une co-société de ventes baptisée Associated Drawing Materials and Equipment Ltd. (Admel). En 1947, Lawes Brothers et Dacres Rabjohns fusionnèrent pour créer Lawes Rabjohns Ltd et en 1964 Lawes Rabjohns Ltd. fut rebaptisé Admel International Ltd (source : Gilai Collectibles).
Cet instrument fut très probablement fabriqué par F. BARKER & Son (voir catalogue plus haut) et vendu sous différents noms.

Boussole de type SCHMALCALDER, c'est-à-dire à prisme et pinnule articulés, équipée d'un miroir pour viser des points situés en dessus ou en dessous du plan, horizontal et de filtres de couleur pour viser des astres lumineux.
Fiche technique
- Diamètre : 86 mm
- Hauteur (fermée avec couvercle) : 30 mm
- Hauteur (pinnule relevée) : 100 mm
- Poids : 265 g


LEMAIRE

La sté. LEMAIRE (voir boussoles à main, à bracelet et de gousset) a également signé un instrument de type sitomètre.
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

LEUPOLD

Voir Boussoles à main

LEZY

Portrait : (Marie) Gustave LEZY, mécanicien de précision, né à Brienne le Château 27 mars 1867 au 7, rue Zacharie, Paris 5°, dcd à son domicle au 20 du boulevard Jourdan, Paris 14° le 11 février 1927, était un fabricant français de matériels électriques (entre autres radiothérapie) et de topographie. Son atelier créé en 1892 se situa successivement au 4 (en 1899), puis au 17 (en 1910) de l'ancienne rue Maurice Meyer qui se trouvait (selon Wikipedia) dans le 13° arr. près de l'actuelle rue de la Glacière. Il cessa apparemment ses activités peu après la 1ère guerre mondiale car il est déclaré 'rentier' dans les différents documents d'état civil conservés tels que le mariage de sa fille et son acte de décès.
(Source : ParisGenWeb et les services de l'Etat Civil des mairies)

Les catalogues connus traitent essentiellement d'instruments de radiothérapie.
Il signa vers le tournant du siècle une version améliorée du système du général PEIGNÉ. Cet instrument est désigné Modèle LEZY dans la Note Technique sur les Boussoles datée de 1931 (image de dr.) et présenté à côté de la version Peigné. Il s'en différencie par sa nivelle et son clinomètre intégré au couvercle. La visée des angles de site s'effectuait au moyen d'une rainure latérale ménagée sur le côté opposé à la réglette de 150 mm. Il ne présente par contre pas le manuel (propriété intellectuelle de Delagrave) habituellement collé sur les faces extérieures. Les deux orifices de la barrette de visée servent à verrouiller le boîtier en position fermée à l'aide de deux ergots coulissants.

On connaît de lui un autre instrument à trépied destiné apparemment à l'artillerie (voir 2e rangée du tableau ci-dessous). Il s'agit d'une équerre d'arpenteur (voir ce terme) mais graduée en millièmes et possédant en plus un index de mémorisation de relèvement et un éclairage électrique. Sa précision est cependant très aléatoire.



En bas, sur le devant, les deux ergots et en haut, la ferrure de verrouillage

Marquage au centre :
G. LEZY / PARIS - Modèle déposé.

(Cliquer sur les photos pour les agrandir)


Le clinomètre
A droite : le dispositif de  déverrouillage et la rainure de visée
Fiche technique
- Dimensions (fermé): 93 x 85 x 30 mm
- Graduation: 360°, sens horaire
- Nivelle sphérique
- Clinomètre ("PENTES"): +/- 80 degrés, déverrouillage au dos par pression sur l'extrémité arrondie d'une tige élastique.
- Epoque : Fin 19e/début 20e s.(1ère guerre mondiale)


Gravé sur le couvercle :
Gve LÉZY À PARIS

Les deux vis de réglage : celle de g. peut glisser vers le haut par une fente et permet de désolidariser les deux parties pour remplacer la lampe - par exemple.

La vis de droite sert à régler l'intensité de l'éclairage via le patin d'un rhéostat (en position éteinte sur la photo). Au centre le trou de fixation de la lampe (douille à vis) :



(Cliquer sur les photos pour les agrandir)
Fiche technique
- Dimensions (diam. x h.) : 70 x 90 mm
- Poids : 665 g
- Rose des vents : opaque translucide
- Graduation : 6400 mill. sens horaire
- Index de référence : manuel, réglable par le haut
- Verrouillage : néant
- Fentes de visée : deux, espacées de à 90°
- Eclairage : lampe électrique (manquante sur la photo) alimentée par batteries logées dans le tube-support (adaptateur de trépied) réglage d'intensité par rhéostat.

Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

LIETZ

Portrait : A. LIETZ était une entreprise étatsunienne de San Francisco (plus de renseignements ICI).
Produits : entre autres instruments de topographie, cette boussole officielle du ministère des Eaux et Forêts qui est proposée dans le catalogue de 1959 en deux versions : 360 degrés ou 4 quadrants (comparer avec Keuffel & Esser).
Sur cet instrument, la position habituelle des directions est (E) et ouest (W) apparaît intervertie (permutation gauche-droite). Ceci est typique de certaines boussoles étatsuniennes pour géologues : la direction indiquée par l'aiguille est celle dans laquelle on regarde si l'on tourne sur soi-même avec la boussole dans sa main (voir "quadrant" dans DIVERS / Terminologie). Vous trouverez encore plus de détails (en anglais) dans ce Tutorial.
Autres produits : voir CHARVOZ




(cliquer pour agrandir)
STANDARD POCKET COMPASS - U.S. FOREST SERVICE

Fiche technique

- Dimensions : 83 x 75 x 18 mm
- Poids : 190 g
- Divisions : 4 quadrants
- Matériau : aluminium, peinture noire
- Niveau à bulle dans le couvercle (manquant et non figuré ni proposé dans le catalogue LIETZ de 1959)

Correction de l'inclinaison de l'aiguille par contrepoids.
La plage d'adaptation de la déclinaison est de plus ou moins 32,5 degrés, ce qui permet de l'utiliser depuis le Groenland jusqu'en Alaska.
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

LUFFT

Portrait : LUFFT (lien l'article principal) est une entreprise allemande spécialisée dans la fabrication de baromètres. Elle produisit peu de boussoles, la plus connue étant le modèle BÉZARD, ainsi que quelques boussoles de gousset dont certaines étaient en fait importées de France (réalisées par Houlliot). L'instrument de dr. (photo Th. Steffen) a peut-être été fabriqué en réalité par BUSCH et distribué par LUFFT.
NOTA : Les points cardinaux Est et Ouest sont permutés et la graduation indiquée en sens antihoraire. Ceci était une disposition standard dans les mines des pays germanophones (voir Schablass) et l'est resté aux USA (v. Brunton).

LÜTTIG

Portrait : Le nom de C. LÜTTIG (Berlin) apparaît sur un théodolite allemand datant du début du 20e s.
Aucune autre information disponible pour l'instant.



(cliquer pour agrandir)
Fiche technique
- Dimensions :

- Divisions : 360°, par sauts de 0,5°.
- Clinomètre : une moitié est solidaire de la lunette, l'autre du boîtier de boussole
- N° de série : 1684
- Inscription gravée sur le tube de la lunette de visée:  F. V. St. 139
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

LUTZ

Portrait : Cette boussole fabriquée au Japon est identique à celle marquée CHARVOZ qui est elle-même est une reproduction du boussole fabriquée par LIETZ . Le nom LUTZ a sans doute été choisi à cause de la ressemblance avec LIETZ.
Aucune autre information disponible actuellement.



Photo alantoda
(Cliquer sur les images pour les agrandir)

Fiche technique
- Dimensions : 118 mm de côté
- Diam. : 95 mm
- Clinomètre: +/- 90°
- Echelles latérales sur deux côtés adjacents
. simple, en pouces (4 1/2) et
. double, en pouces avec division décimale de 0 à 4,50 et de 4,50 à 90.
- Adaptation de la déclinaison magnétique par vis latérale.
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

- M -

M1 / M2

La documentation officielle de l'U.S. Army (Field Manual 21-26 App. G) évoque une boussole désignée M1 qui était un prédécesseur de la M2 (voir Brunton). Il y est décrit indirectement dans la phrase suivante :
"One of the most important features of the M2 compass is that it is graduated in mils and does not require a conversion from degrees to mils as does the M1 compass".
Nous n'avons pas pu trouver jusqu'à présent de photo d'un instrument correspondant à cette définition. De nombreux sites désignent la boussole standard à lentille du fantassin étatsunien comme étant une M1 (voir Cammenga) mais ceci ne peut être exact puisque tous les modèles connus présentent les deux types de graduation (degrés et millièmes).
Le document FM 21-26, Ch. 9 décrit en détail la boussole à lentille mais ne l'appelle jamais M1.

M1918

Portrait : Boussole à prisme de conception britannique. Elle apparaît dans les catalogues de F. BARKER dès 1909 (voir dans les LIENS le site www.TRADEMARKLONDON.com) à côté de la boussole à prisme de 4 pouces (10 cm) de diamètre décrite dans le manuel de P. Dériaz THE PRISMATIC COMPASS de 1917. Il s'agit d'un instrument présentant un clinomètre intégré et qui pouvait être utilisée avec différentes pièces d'artillerie dont l'obusier français de 155 mm type M1918. Le plan 3 vues (au centre) est extrait du manuel de maintenance réf. TM 9-1595 datant de la même époque et réimprimé pendant la Seconde Guerre mondiale par le ministère de la Guerre (War Department) des Etats-Unis en 1943.

Catalogue BARKER (1909)


Manuel de maintenance
 (copie disponible sur demande en fr. ou en angl.)




Fiche technique
- Diamètre : 100 mm (4")
- Hauteur : .. mm
- Poids : ... g
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

MachPriborIntOrg (Машприборинторг en lettres cyrilliques)

Portrait : Nom d'une entreprise de l'ancienne Union Soviétique située à Moscou (voir GK-2).

MEISSNER, A.

Portrait : ancienne entreprise allemande de Berlin fondée en 1820.
On connaît de cette entreprise un catalogue daté de 1910 proposant diverrs instruments de géodésie et intitulé : Von A. Meissner ist ein Katalog für das J. 1910 bekannt: "Illustrirter Katalog und Preis-Verzeichniss über geodätische Instrumente, Messgeräthe, Reisszeuge etc: Erzeugnisse der mechanischen Werkstätte für wissenschaftliche Präcisions-Instrumente von A. Meissner (Inhaber: H. Müller & F. Reinecke) Mechaniker und Optiker Berlin W., gegründet 1820."



 Photos E. Horsfield
(Cliquer sur les images pour les agrandir)



Fiche technique
- Dimensions : ? mm
- Divisions : 360° sens anti-horaire
- Aiguille magnétique : deux barreaux parallèles entraînant un cercle divisé.
Boîtier à pinnules rabattables et sacoche en cuir ajourée du même type que la boussole de SPRENGER mais la capsule contient un liquide amortissant les oscillations et le fond est ondulé comme une capsule de baromètre pour tenir compte des variations de volume du liquide en fonction de la température et de la pression atmosphérique.
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

MEOPTA

Portrait : ancienne entreprise tchécoslovaque. Son code industriel confidentiel sous le régime communiste était xbk (lien vers un modèle militaire).
Voir aussi les boussoles de marche.




 Photos Houcke
 (cliquer sur les images pour les agrandir)

Logo et fenêtre du clinomètre



- Réglette latérale et viseur

Fiche technique
- Dimensions : 130 x 10 x 65 mm
- Nivelle sphérique
- Graduation : 360° sens horaire et de 0 à 24 sens antihoraire. Points cardinaux : N.W.S.E imprimés à l’envers pour être lu dans le miroir
- Clinomètre de +/-110° déverrouillé grâce par un bouton-pression situé sur le côté droit
- Visée angles de site par cran de mire et guidon rétractables sur le côté droit
- Au dos : fenêtre ronde transparente sous le cadran permettant un éclairage par en-dessous
- Echelle de 10 cm au 1/1000e sur le côté droit
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

MERIDIAN

Portrait : ancien nom d'une société suisse (pour en savoir plus, cliquer ICI).
NOTA : Ne pas confondre avec le modèle MERIDIAN créé par la société allemande WILKIE et encore produit par son successeur K&R (voir aussi catégorie Boussoles à main).



Modèle MK-2001


Cliquer sur la photo pour l'agrandir

Fiche technique
- Dimensions (pliée) : 65 x 50 x 18 mm
- Poids : 80 g
- Graduation : 400 grades
- Sacoche en cuir, fermoir par bouton pression



La boussole fixée sur un trépied
(catalogue)
Modèle Oulianoff MG-3002



Cliquer sur la photo pour visualiser la réglette assemblée
Dans la partie verticale : les optiques du clisimètre et télémètre stadimétrique double. Ce système est identique à un projet de brevet établi par BÜCHI mais qui n'a pas été ou demandé ou accordé.



Cliquer sur les photos pour les agrandir
L'instrument assemblé (catalogue)

Dispositif latéral de mesure des pendages:


Fiche technique
- Dimensions (pliée) : 75 x 55 x 35 mm
- Poids : 340 / 175 g
- Graduation : 400 gr.
- Clisimètre pendulaire :
. échelle du haut : +/- 90°
. échelle du bas (précise) : +/-15°
- Clisimètre et télémètre stadimétrique double (image : voir plus loin le lien Table de conversion)
. oculaire g. : 0 (horizontale) à 90° vers le haut
. oculaire dr. : (idem vers le bas)

(Cliquer sur les liens pour voir les éléments cités)
- Table de conversion (papier)
- Règle (en trois éléments)
- Sacoche
- Clisimètre

Mode d'emploi (8 p.) disponible
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

Mikhalovski - Touroff (Михаловский - Tуров)

Portrait : MIKHALOVSKI et TOUROFF (Михаловский - туров) ont développé au début du 20ème s. un système de visée pour l'artillerie. Pendant la 2ème G.m. un autre système comparable au goniomètre boussole (Aiming Circle M1) a aussi porté leur nom.




Photos archives Féd. de Russie

Fiche technique
Cliquer sur l'image pour visualiser un plan trois-vues


L'inscription en russe север синий signifie 'nord bleu', c-à-d. que la moitié bleuie de l'aiguille indique le nord. Cliquer sur le lien pour visualiser l'instr. assemblé. Fabriqué par UOMZ.
Fiche technique
Cliquer sur l'image pour visualiser le système complet et sur le lien suivant pour voir la description de la boussole.


Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

Mitrailleuses (boussole spéciale pour compagnies de ~ )

Portrait : Cet instrument fut utilisé pendant la 1ère G.M. Il est décrit dans la Note Technique sur les Boussoles (1931, disponibles, voir  boutique) comme étant une boussole spéciale d'un type déjà ancien pour compagnies de mitrailleuses (C.M.). Voir détails et photos concernant les C.M. sur le site Pages d'histoire 14-18.
Les boussoles utilisées dans les Maschinengewehr-Scharfschützen-Abteilungen de l'armée allemande étaient du type présenté aux articles VOIGTLÄNDER et PESSLER.

 


(Cliquer sur les images pour les agrandir)
Image extraite de la description dans la
Note technique sur les boussoles (1931)


Fiche technique
- Dimensions (fermée): 80 x 80 x 25 mm
- Poids : 150 g
- Divisions : 6400 mill., sens hor., points cardinaux à la peinture radium bordurée de noir
- Fabricant inconnu
- Verrouilage aiguille: automatique, Il faut appuyer sur le bouton (F) pour déverrouiller/ freiner l'aiguille.
- Visée: 2 alidades à fente et trous ronds


Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

MORIN

Portrait : ancienne société française (pour en savoir plus, cliquer ICI). MORIN était aussi un revendeur* qui avait équipé les armées et l'industrie depuis la fin du 19e s. Le catalogue de 1930 permet de juger de l'ampleur de sa gamme de produits. MORIN était spécialisée dans le domaine des instruments de topographie. Les divers matériels sont présentés ici en regard de leur croquis extrait du catalogue.
* L'un des ses plus grands fournisseurs de boussoles était Collignon-Houlliot.
Tachéomètre : voir ce mot pour une description générale et cliquer ICI pour la description du modèle MORIN. Le plus ancien instrument (lien vers photo transmise par D. M. Farrioli) que nous connaissons apparaît dans un livre daté traitant de l'établissement de la carte des lignes isoclines de l'Espagne (Magnetismo Terrestre, Madrid 1919).
Voir aussi les boussoles de gousset, à main et les compas de marine. À voir aussi dans les liens, l'adresse du GÉOMUSÉE.

(Cliquer sur les photos pour les agrandir)



Fiche technique
- Diamètre : 80 mm
- Epaisseur (repliée) : 27 mm
- Hauteur (pinnules déployées) : 60 mm
- Poids : 310 g

Fiche technique
- Diamètre : 80 mm
- Epaisseur : 12 mm
- Poids : 110 g

Voir aussi les modèles ARPENTEUR
Cette boussole possède un clinomètre dont la référence zéro se situe sur une tangente au boîtier définie par le point d'appui d'un levier escamotable. Un tiroir traversant la bélière permet d'immobiliser et de libérer l'aiguille (exemple : voir Collignon-Houlliot). Le Cybermusée possède aussi un modèle similaire portant le nom du fabricant italien d'instruments d'optique SALMOIRAGHI.

Boussole de géologue, en cuivre, à tirage pour les pentes, double fond gravé et cercle épais divisé au pourtour, suspension cachée dans la bélière, barreau, chape d'agate

Fiche technique
- Diamètre : .. mm
- Epaisseur : .. mm
- Poids : ... g

Fiche technique
- Diamètre (boussole) : 90 mm
- Hauteur (boîtier fermé) : 30 mm
- Hauteur : (pinnules déployées): 75 mm
- Poids : 200 gr
Version export, points cardinaux en anglais
Modèle GOULIER (...)
Fiche technique
- Dimensions: 70 x 70 x 15 mm
- Poids: 50 gr

DÉCLINATOIRE
Fiche technique
(...)
NOTA: Le Cyber-Musée des boussoles et compas ne possède malheureusement pas cet objet dont la photo a gracieusement été mise à notre disposition par un visiteur. Nous en présentons 4 autres : voir RICHER, SECRETAN (et deux no name).
... Voir plus loin l'article rapporteur carré consacré à cet instrument.
Boussole spéciale appelée poche de mineur

Autres fabricants connus :
SECRÉTAN et FPM.

Fiche technique
-  (voir description).
Boussole dite de Berget
Catalogue Morin n° 9925



La boussole seule (malheureusement sans prisme de lecture). Comparer avec l'instrument réalisé par Houlliot


Fiche technique
- Dimensions (hors tout) : 110 x 85 mm
- Diamètre boussole : 40 mm
- Graduations : 400 grades
- Poids : 85 g


Sitomètre de type anglais. Une boussole peut être fixée sur le tube renfermant l'optique de visée.
(Voir un exemple dans l'article Sitomètre ABNEY Level)


Fiche technique
- ...
MORIN associé avec SRPI réalisa aussi une version moderne en aluminium du système du Général Peigné (voir plus loin).

(Photos Jaypee -  coll. part.)



Cliquer sur l'image ci-dessus pour voir
l'intégralité de la page
Equerres, pantomètres et goniomètres d'arpenteur

Morin préconisait les modèles cylindriques alors que Secrétan les fabriquait de forme octogonale.

MORIN a commercialisé dans les années 1960-1970 une boussole d'inclinaison fabriquée par Collignon-Houlliot. Elle possédait un talon d'appui mais était pour le reste en tous points identique à celle décrite (sans dessin) dans le catalogue de 1930.
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

- N -

Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

- O -

O'GRADY HALY

Portrait : Richard Hebden O'GRADY HALY* était un officier britannique (né le 22 février 1841, dcd le 8 juillet 1911 dans le rang de General Major) qui inventa lorsqu'il était Lieutenant-Colonel un système de boussole à prisme et clinomètre combiné qui porte son nom et fut fabriquée par ELLIOTT Bros.
* Portrait et CV : cliquer ICI.

OSTOYA

Portrait : G. Ostoya était un (officier ?) et inventeur. Il fit fabriquer ce système original par E. Kraft à Vienne. Description complète en allemand dans l'article " Eine neue Handboussole von G. Ostoya" (une nouvelle boussole de marche conçue par G. Ostoya) paru dans la revue Polytechnisches Journal (éd. 1877), accessible en ligne sur le site de l'université Alexander von Humbodt de Berlin ICI.


Images numérisées par l'Université A. v. Humboldt
(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)
Fiche technique
- Dimensions : aucune information disponible
- Poignée rabattable à la face inférieure

- Principe technique : cet instrument est un déclinatoire de précision. L'aiguille est prisonnière des deux boîtiers (F). La mesure de la visée s'effectue en tournant le dispositif à engrenage (T). La valeur angulaire (précision revendiquée 20 minutes d'arc) se lit à l'aide du vernier externe.

(Pour plus de détails, consulter le texte exhaustif publié sur le site internet cité plus haut - nous pouvons fournir une traduction si nécessaire).


Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

- P -

Państwowe Zakłady Pomocy Szkolnych

Portrait : Państwowe Zakłady Pomocy Szkolnych était une entreprise d'état polonaise créée à Varsovie en 1949 et qui a existé jusqu'en 1973. Comme son nom l'indique, elle fournissait des instruments destinés à la formation des étudiants des écoles professionnelles des mines et de topographie.



Photos hipermetalo
Fiche technique
Dimensions 
- Boîtier : env. 150 mm de côté
- Diam. boussole : env. 100 mm
La face inférieure est creuse sans marques (lien vers photo).

PARKES

Portrait : James Parkes était un fabricant anglais d'instruments de mesure essentiellement optiques et mathématiques. Nous supposons qu'il s'inscrivait peut-être dans une longue lignée, car aux alentours de 1590, un certain Robert Parkes, évoqué par Simon Forman dans son ouvrage Longitude, fabriquait déjà des instruments d'observation astronomique. Il créa son entreprise en 1839. Son fils lui succéda et la sté. fut rebaptisée James Parkes & Son (1843 – 1862). Son siège était situé au 5, St. Mary’s Row, à Birmingham.
Description de la gamme de produits dans le catalogue de l'année 1848 :
"Measuring tapes, land chains, mathematical instruments, miners' & mariners' compasses, watchkeys, seals etc."  (mètres à ruban, chaînes d'arpenteurs, instruments de mathématique, boussoles de mineurs et compas de marine, cléfs-remontoirs pour montres, sceaux etc.)
La marque de fabrique de (logo) de Parkes représentait un œil humain (gauche) ouvert avec le sourcil. Ce logo apparaît de chaque côté des armoiries de la Grande-Bretagne sur un catalogue de 1867.
(Photo de droite - cliquer pour agrandir).





La boussole avec ses alidades déployées (comparer avec l'instrument réalisé par  FENNEL ou MORIN, ci-dessus).
Fiche technique
- Diamètre (alidades repliées) : 60 mm
- Diamètre (alidades déployées) : 70 mm
- Hauteur (fermé, avec couvercle) : 21 mm
- Poids : 120 g

(Photos : TRADEMARKLONDON)

Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

Pays-Bas - Manufacture d'Etat pour Matériel d'Artillerie

Portrait : Boussole d'artillerie pour batterie de canons réalisée par le Staatsbedrijf der Artillerie-Inrichtingen.

La visée s'effectue par le biais d'une alidade et les valeurs angulaires se lisent dans le petit miroir carré.



(Cliquer sur les images pour les agrandir)
Photos M. Langner


Elle s'utilisait conjointement avec des jumelles et un trépied. Le sens des lettres (DFHLN) est inconnu. Chaque boussole présente une suite de lettres différente.


Au-dessus de l'échelle ext. en 6400 mill. est gravée sur le flanc une échelle des coefficients de correction (voir photo ci-dessous - dessin cliquer ICI. Merci de nous aider à comprendre son utilisation.)







Fiche technique
- Long. déployée : 201 mm
- Long. repliée : 128 mm
- Diam. (bol) : 83 mm
- Diam. (disque) : 52 mm
- Graduation : 6400 mill.
- Poids : env. 480 g

Description en néerlandais (photo T. Brink) :



Trad. deTeeken: signe (plus ou moins)


Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

PEIGNÉ

Portrait : Paul PEIGNÉ était un officier qui enseigna la topographie à l'école de St-Cyr de 1873 à 1876. C'est durant cette période (il n'était alors que capitaine) qu'il inventa un système qui porte son nom (pour en savoir plus, cliquer ICI). Il est probable qu'il se soit inspiré du modèle créé par Melle DUPUY en intégrant la mesure des pentes au cadran de la boussole et en y ajoutant le manuel collé sur les faces externes. Voir aussi les systèmes LEZY et HOSSARD.

Le système Peigné ne semble pas avoir fait l'objet d'un brevet et fut fabriqué ou commercialisé par plusieurs sociétés françaises (LADOIS, MORIN, S-L, PONTHUS, etc.) depuis environ 1875 jusque dans les années 1960, et les textes imprimés par DELAGRAVE & Cie. Les boussoles les plus anciennes connues portent son grade de Lieutenant-Colonel, les plus récentes celui de Général. Elle est décrite comme étant le modèle réglementaire dans le Manuel du Gradé d'Infanterie daté de 1914 où elle est cependant encore désignée boussole du capitaine Peigné ! (Voir photo de droite, cliquer pour agrandir).

Le principe de sa boussole a été modifié plusieurs fois et adapté aux progrès techniques, passant du boîtier carré en bois au boîtier carré en bakélite puis au boîtier cylindrique métallique équipé d'un curvimètre à molette (modèle dit "de Saint-Maixent" fabriqué par Ladois).

Descr. : Boussole portative équipée d’une alidade pouvant être utilisée pour mesurer les angles de gisement et de site (en degrés ou en millièmes). L’échelle de l’inclinomètre est souvent imprimée à l’envers de manière à pouvoir être lue dans le miroir. Un manuel d’utilisation est imprimé sur chaque face externe des boîtiers carrés. Les oscillations de l’aiguille peuvent être ralenties et limitées à l’aide d’un piston-frein coulissant au travers de la vis de verrouillage de l’aiguille aimantée.
L'étude de ce système ne serait pas complet si l'on n'évoquait pas les autres boussoles dites directrices créées à la même époque ou peu après par Rossignol, Desombre ou Delcroix.



La boussole-alidade syst. PEIGNÉ telle que présentée dans le catalogue MORIN 1930 (cliquer sur l'image pour voir le texte complet du catalogue)
Version en 360° signée "Colonel Peigné, 1897". La plus ancienne version connue est signée Lieutenant-Colonel (lien vers photo) - son grade à partir de 1883. Le manuel du gradé d'infanterie 1914 la désigne encore "du Capitaine Peigné".



La mention Général Peigné n'apparaît qu'après sa promotion au grade de gén. de Brigade (lien vers la photo du dossier. Source : archives de l'Armée) intervenue en 1898.
Version militaire (6400 mill.) signée
Gal Peigné, 1916





 

Version en bakélite, voir S-L
Manuel de l'utilisateur : version courte collée sur chaque face ou version longue, 4 pages (à dr.)



À dr. : manuel complet
(4 p., copies disponibles, voir dans notre boutique)
Fiche technique
- Dimensions : 92 x 90 x 35 mm
- Diamètre de la rose : 70 mm
- Graduation : 6400 mill., sens horaire
- Angles de pente : 0-1000 ascendant et descendant
- Poids : 200 g
- Règle latérale (boîtier déplié) : 160 mm

Le capt. BRÈCHE de l'Ecole de St-Maixent a publié en 1911 le manuscrit de son cours de topographie dans lequel il décrit entre autres cette boussole. Curieusement, il écrit que "le plan vertical de la visée est déterminé par le milieu de l'intervalle qui sépare DEUX CRINS tendus dans la fenêtre". Ce dispositif n'a été vu sur aucun exemplaire jusqu'à présent.

Modèle 1886 métallique dit
"de Saint-Maixent" (école mlitaire)

 

A g.: Curvimètre à molette pour 5 échelles : 1:50.000e, 1:80.000e, 1:100.000e, 1:200.000e et 1:320.000e

A dr.: Signature moderne stylisée
Fiche technique
- Diamètre : 83 mm
- Hauteur : 26 mm
- Graduation : version civile 360°, version militaire : 6400 mill., sens horaire
- Clinomètre : +/- 50°
- Poids : 320 g
- Réglettes pliantes : 70 mm

Elle était aussi fabriquée par LADOIS
(cliquer sur le lien pour lire la description tirée du catalogue Ponthus & Therrode de 1907)





Modèle similaire mais non signé. Le cadran probablement fabriqué par HOULLIOT était en métal et non imprimé sur papier, les graduations (360° sens hor., clinomètre +/- 30°) gravées et peintes en noir. Les crochets de fermeture étaient massifs et plus solides. L'encoche de visée était arrondie aux extrémités.

Fiche technique
- Dim. : 930 x 930 x 31 mm
- Réglette latérale : aucune

Au dos, un mode d'emploi différent fait état dans le NOTA d'une table portative de MARTEL dont nous ne connaissons encore rien.



Photo de g. : Version Houlliot
Fiche technique

- Dimensions : 87 x 87 x 33 mm
- Poids : 150 g
- Matériau boîtier : acajou

 
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

PESSLER & SOHN (P & S)

Portrait : Ancienne entreprise allemande de Freiberg en Saxe. Créée sans doute au tout début du 20e s. Matériels d'observation astronomique et de géodésie divers.  Elle fut nationalisée et intégrée en 1951 dans le groupe devenu FPM.



Photo Jaypee coll. priv.


Photo feltfedora
Cliquer sur les images pour les agrandir



Fiche technique (boussole noire)
Dim. : 100 x 80 x 15 mm,
Ø boussole : 65 mm
Comparer avec la boussole similaire signée Voigtländer.
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

PEST / BUDAPEST / Hongrie

Portrait : Le nom du fabricant n'a pas encore été déchiffré (S. Weirant ?), mais la ville où il œuvrait était PEST, actuellement un quartier de Budapest (source : Dorotheum, Vienne Autriche) depuis la fusion en 1873 des trois villes Buda, Obuda et Pest.
Décoration de l'écrin par estampage rehaussé par dorure du cuir : arabesques et rosaces sur le pourtour, motif type caducée dans chacun des coins.



Photos Hönigsberger




Cliquer sur les images pour les agrandir



Arabesques et caducées sur l'écrin
Fiche technique
Dim. boussole : 100 x 100 x 22 mm
Ø : 90 mm
Dim. écrin : 120 x 120 x 33 mm
Limbe : 4 quadrants (90°) repérés par les lettres A, B, C et D disposées en sens horaire au centre autour de la rose des vents.
Points cadinaux : latin (voir. menu Divers)
Date de fabrication : env 1790-1820
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

PHYSICA

Portrait : Ancienne entreprise finlandaise sise à Helsinki. Elle n'exista probablement qu'une dizaine d'années. Les deux seuls instruments connus sont celui-ci utilisé par le ministère des forêts (Metsähallitus) et une boussole à bracelet décrite à l'article consacré à SUUNTO et qui ont tous deux été fabriqués dans les années 1930.
Photo de dr. : plaquette signalétique du fabricant
 Les orifices de la pinnule servaient à évaluer grossièrement un angle de site (pente).


Vue de dessus :
Le limbe et son vernier 

La pinnule et ses cinq orifices
Fiche technique
- Hauteur : 50mm
- Diam. : 150mm
- Hauteur pinnule : 50mm
- Entraxe orifices pinnule : env. 12 mm
- Poids : 2 kg
- Aiguille magn. : losangiforme avec un long trait  blanc côté nord, amortissement liquide.

Photos G. Plumb / Ci-dessus: la poche en cuir
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

Planchette

L'outil appelé planchette est une tablette montée sur trépied, parfois par le biais d'une articulation à rotule pour pouvoir être placée horizontalement (photo de g.: catalogue Morin, env, 1930). La gravure montre un modèle simple sur lequel reposent une boussole de type Peigné et une alidade à pinnules. Il s'agit également de simple supports accrochés au cou et tenus devant soi. Un catalogue de Ponthus & Therrode (env. 1910) montre un soldat qui en porte une et prend une visée avec une boussole Peigné.
Cet instrument est appelé plane table en anglais et Messtisch en allemand.

Le terme planchette a également été utilisé dans un ancien catalogue allemand (gravure de dr., cliquer sur l'image pour voir la descr. compl.) mais il s'agit là en fait d'une erreur : la description montre bien qu'il est seulement question d'une boussole à "ailettes", comme l'exprime un catalogue français de la même époque. Une telle boussole désignait ainsi un instrument pouvant être fixé à la planchette au moyen de punaises ou de vis et dont la désignation exacte est déclinatoire (voir ce terme). Houlliot en produisait avant la 1ère G.M. (photo modèles russes) et l'on peut aussi en voir un exemple avec les points cardinaux en russe ancien dans un catalogue Stockert daté de 1910.

Nous présentons ci-dessous une planchette avec boussole intégrée et nivelle double. Un dispositif de visée (alidade à pinnules) pouvait y être fixé.
Deuxième rangée du tableau : boussole carrée pouvant être fixée à une planchette par quatre punaises. Elle était rangée dans un boîtier en bois, recouvert de cuir et tapissé de soie et velours. Elle est graduée en 400 grades et possède un dispositif de visée par cran de mire et guidon (percé d'un trou) et, placés à angle droit, deux autres guidons non percés. La capsule en laiton tourne librement dans le réceptacle en aluminium et l'aiguille repose sur un pivot collé sur un fond en verre.


Fiche technique
- Dimensions : 300 x 300 mm
- Diamètre boussole : 80 mm
- Graduation : 2 x 90°
Période : post 2e GM

Boussole directrice Delcroix pour planchette (1895)

Modèle signé VION avec boussole de poilu de la 1ère G.m. également appelée directrice)
(360°, repères radium)
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

Modèles portables

Il existait aussi des planchettes portables comportant tous les éléments nécessaires à la topographie.
Nous présentons entre autres celle de Henri HUEL, capitaine d'Etat-Major.


Ce boîtier était probablement recouvert de cuir ou de tissu permettant de maintenir les crayons en place. Le couvercle est creux et recèle un logement contenant un rapporteur.

Fiche technique
- Dimensions (ouverte) : 260 x 250 mm
- Diamètre boussole : 60 mm
- Graduations : quadrants de 100 grades

Le MODE D'EMPLOI précise que ce dispositif peut être utilisé pour faire des levés à cheval (voir aussi la règle-rapporteur de DELCROIX) :



(Cliquer pour voir le texte complet)
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

Planchette anglaise de cavalerie type Mark IV

La boussole ci-dessous était insérée dans une planchette qui a été sciée sur ses côtés. Il reste la fin d'un mot à gauche : (LI)NE OF et à droite : DIR(ECTION). Son origine britannique est attestée par la mention Mark IV (Mk.IV.) gravée au dos et précédée du symbole de l'armée, le trident renversé appelé officiellement broad arrow (flèche) mais aussi, à cause de sa forme, crow foot (patte de corneille). Cette planchette topographique de cavalerie était attachée à l'avant-bras par une courroie. Ce type était utilisé à la fin du 19ème s. et jusque pendant la 1ère G.M. Elle est décrite dans le manuel Military Sketching, Map Reading and Reconnaissance (1915).

Planchette complète

Photo Nick Godridge


Cliquer sur la photo pour l'agrandir


Photos Mary Jones
Fiche technique

- Dimensions : 50 x 50 mm
- Epaisseur : env. 15 mm
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)
Planchette topographique CHAIX
Le principe technique de la planchette Mark IV avait été reconduit sur la planchette de la société CHAIX.



(Cliquer pour agrandir)
À g. : Planchette à papier déroulant et manuel de l'utilisateur

Description (extrait):
Un bâti A porte :
1° une plaquette coulissante B pourvue d'un rapporteur tournant C;
2° deux rouleaux D sur lesquels s'enroule une feuille de papier transparent F destinée à recevoir le dessin.

À dr.: Planchette de poche

(Copies des manuels disponibles sur demande)


(Cliquer pour agrandir)
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

Tavoletta di Monticolo

Dans un registre plus ancien, on trouve également un modèle italien développé sans doute vers la fin du 19e s. par A. Monticolo, un ingénieur de l'entreprise Officine Galileo. Elle fut de ce fait baptisée Tavoletta di Campagna (di Monticolo) et fabriquée de 1908 jusque dans la 2ème moitié du 20e s.

On trouvera une description exacte en langue italienne sur les sites suivants :
- Nottolini
- Arxiv-Papers (page 72)



Fiche technique
- Dimensions : 130 x 180 mm
- Diamètre boussole/clinomètre : 70 mm
- Boussole et clinomètre : un seul cadran à deux fenêtres
- Télémètre
- Tables de réduction fixées au dos
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

Poche de mineur

Portrait : boussole spéciale utilisée dans les galeries de mines pour en déterminer les orientations (voir le dessin dans le catalogue de MORIN et les instruments fabriqués par FPM, ROSPINI et SECRÉTAN).
Au 17e et 18e s., les cadrans étaient généralement divisés en 2 x 12 ou en 24 heures.
L'Allemagne qui exploite semble-t-il les ressources minérales depuis le plus longtemps en Europe revendique l'invention de cet instrument et la technologie minière en général.
Les plus anciennes boussoles de mine ont été décrites par Georg Bauer dit Agricola (né en 1490 à Glauchau / dcd en 1555, maire de Chemnitz) dans son ouvrage De re metallica, Libri XII. Il y décrit également une boussole à limbe divisé en 2 x 12 heures. Le texte, bien qu'en latin, utilise le terme allemand markscheiden, pour décrirer l'art de percer des galeries (source : Handbuch der Erfindungen, Busch, Eisenach 1814). La boussole suspendue aurait été inventée par le maître mineur (Bergmeister) Balthasar RÖSSLER à Altenburg en 1673 (source : J. C. Poggendorff, cité par A. Wittstein dans sa traduction de la célèbre Lettre à A. von Humboldt sur l'invention de la boussole de J. Klaproth, Leipzig 1885).

DESCRIPTION
La description suivante est extraite du Dictionnaire de l'Encyclopédie méthodique de chimie et de métallurgie (1813).


(Photos www.frickeinstruments.de
Cliquer pour agrandir)

Le rapporteur
Poche de mineur complète avec rapporteur, fil à plomb, clés etc.

Fiche Technique
- Fabricant: Noesselt & Staritz, Breslau (anc. Silésie, auj. Pologne), fin 19e s.
- Cadran: argenté, 360°
- Dimensions caisse en bois : env, 30 x 23 cm
Sacoche en cuir originale au dos de la caisse

Vue détaillée de la boussole : voir 
SECRÉTAN
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

Porte-cartes

Exemples de porte-cartes anciens à usage militaire ou pour la randonnée. Les unes comportent une pochette aux parois transparentes, les autres des étuis pour les instruments de dessin (crayons de couleur, règle, gomme etc.). Certaines peuvent être portées en bandoulière à l'aide d'une longue courroie, d'autres à la ceinture ou attachées à la selle d'un cheval, à un guidon de moto etc. à l'aide de deux courroies courtes. Certaines possèdent aussi une petite boussole intégrée.


(Cliquer pour agrandir)

Système appelé "suédois" en allem. (voir catalogue ci-dessous)
Fiche technique
Porte-cartes en cuir à pochette transparente, boussole intégrée et bandoulière.
- France, années 1920, contenant une carte au 1/20.000e de la région de l'Est parisien autour de Drancy, type 1889 datée de 1928.
- Dimensions : 230 x 140 mm
- Pochette séparée au dos contenant un carnet relatant les étapes de l'instruction d'artilleurs (1929)


Sacoche officielle des transmetteurs de la Wehrmacht: (Meldetasche)





Fiche technique

Porte-cartes en cuir à étuis pour crayons et gomme, à deux compartiments internes et courroies de fixation à une selle de cheval, un guidon de moto etc.
- Allemagne, années 1930
- Dimensions : 270 x 190 mm

Gravures de dr.: Eisenschmitt, Karte und Gelände, Ausg. 1939
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

- R -

Radio-Kompass (recherche de stations émettrices)

Boussole en laiton dans un socle en bois. Le cadran est divisé en deux échelles de 12 h dont chacune est elle-même subdivisée en deux sections noires et blanches de 6 h, blanches de 0 à 6 et noires de 6 à 12. Le cadran extérieur est constitué de noms de villes européennes autour du cadran en langue allemande (Nürnberg = Nuremberg). Le fond de la boussole représente une rose des vents verte et une mappemonde centrée sur le pôle nord où se situe le pivot de l'aiguille aimantée. Ce cadran tourne grâce à un bouton moleté placé sur le côté. L'axe nord-sud est représenté pour un observateur situé au pôle nord géographique, le nord en direction du Canada et le sud vers la Sibérie. Marquages : Pat. SNOW Radio-Kompass Trademark et un logo représentant les lettres GIL entre les pattes d'un A. Diam. : env. 146 mm.
Cliquer sur l'image pour voir une photo agrandie du cadran

Rapporteur carré (romer scale or square protractor ; Planzeiger)

Description : Cet instrument sert à mesurer la position d'un point sur une carte et à la décrire pour un utilisateur de la même carte. Les anciens modèles étaient généralement constitués d'un cadre carré. Sur les axes des abcisses et des ordonnées sont gravées des échelles se rapportant aux cartes géographiques, et dans le domaine militaire celles à maillage UTM.
Certaines versions simples ne sont constituées que de deux branches. La branche horizontale sert à mesurer la distance d'un point de la carte par rapport à la ligne verticale gauche de la grille (méridien) la plus proche et l'autre à partir de la ligne horizontale (latitude) située dessous. L'armée allemande actuelle (Bundeswehr) utilise un instrument spécifique souple plastifié de la taille d'une carte de crédit (photo de g., vue agrandie : principe de mesure d'un point).
Dans les annnées 30 et 40, il existait à l'usage des associations sportives paramilitaires appelées Wehrsportgruppen c'est-à-dire "pour les sports de défense", un petit dépliant en carton léger intitulé Wehrsporttafel Nr. 12, qui décrivait l'utilisation d'un rapporteur carré (Planzeiger en allemand, voir tableau ci-dessous) à découper ainsi entre autres qu'une des boussole de la société BUSCH.
Photo de dr.: La désignation d'un point sur une carte expliquée dans le cahier Recueil de résumés à l'usage des candidats au Brevet de la Préparation Militaire (1955) : vers le HAUT puis à GAUCHE.

Certaines boussoles moderne (comme par ex. le modèle ALPIN de K&R et le modèle EXPEDITION 54 de SILVA utilisé par la British Army) présentent un rapporteur gravé sur la platine. Les cartes topogr. brit. à l'éch. 1/36360e présentent un maillage corrrespondant à 1 pouce pour 1 mille (photo détaillée de la carte et de la boussole ICI).
- Photo de dr. : Instrument britannique contemporain (Cliquer ICI pour le rapporteur type OS.80876).
- Exemple d'un instrument ancien : voir MORIN plus haut.
- Pöferlein (dans la section boussoles à main)
- Instruments modernes : voir aussi résultats de recherche sur Google.
L'armée américaine utilisait un autre système basé sur une évaluation pifométrique (voir manuels dépliants dans l'article Lensatic / Training:
Read UP-RIGHT, "4/10 the distance between 11 and 12 is read 114" - env. 4/10e de la distance entre les lignes des méridiens 11 et 12 se lit 114).

Dispositif créé par Winterer et utilisé par l'Armée Autrichienne
(Voir NOTA à dr.)



(Cliquer pour agrandir)

Trois groupes de perforations donnaient des angles de 45°, 30/60° et 40/50°
(voir ICI le même en version italienne avec des symboles tactiques).

NOTA :
En allemand, le Planzeiger distingue les valeurs à lire à droite du méridien (Rechtswerte) de celles à lire vers le haut (Hochwerte) à partir de la ligne horizontale des latitudes. Il fallait tourner celui-ci de 90° pour lire les différentes échelles.
Version BÉZARD (voir Bézard / 2e partie - Doc.)






Rapporteur carré (Wehrmacht 2e G.M. et catalogue Jensen 1938)
Fiche technique
- Dimensions : 86 x 86 mm
- Matériau : aluminium
- Poids : 2 g



Le rapporteur carré (en ht. à dr.) et un outil appelé Messwinkel (équerre de mesure) sur la brochure en carton Wehrsporttafel 12.
(Cliquer pour agrandir)


Brochure Wehrsporttafel 12 (p. 1 & 4)
Mode d'emploi du rapporteur carré à deux branches et de l'équerre de mesure (Messwinkel).
(facsimile disponible sur demande)

Manuel de l'artilleur (1940)
Mode d'emploi du rapporteur carré (Planzeiger)
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

RICHER, L'HERMITE, LEJARD et Cie

Portrait : ancienne entreprise française (matériel pour géodésie, topographie etc.).
L'HERMITE & LEJARD, 13, rue de la Cerisaie (près La Bastille), élèves et successeurs de RICHER, GUYARD & CANARY - ancienne Maison RICHER, GUYARD, CANARY & Cie, maison fondée en 1780.
Extrait de l'avant propos du catalogue :
"La Maison a été fondée en 1780 par RICHER auquel succéda de père en fils M. Emile Richer.
En 1870, M. Emile Richer s'associe deux élèves de son père, MM. Guyard et Canary qui deviennent ses successeurs. En 1890, ces Messieurs à l'exemple de leur prédécesseur prennent comme associés deux de leurs élèves MM. L'Hermite et Lejard qui actuellement, sont les titulaires de la Maison."
(Source : catalogue - communiqué par l'arrière petite-fille d'Antonin L'Hermite)

Boussole déclinatoire

Fiche technique
- Dimensions : 120 x 44 x 15 mm
- Poids : 40 g
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

RICHTBUSSOLE

En Autriche, le terme de Bussole a longtemps été préféré au terme Kompass. Exemples: Bézard et Winterer. Les boussoles à usage militaire permettant de pointer (le verbe est "richten") un canon étaient par conséquent appelées Richtbussolen. Exemples : GANSER et GOERZ.

RICHTER, O. (Рихтеръ en russe)

Portrait : Oskar Richter était un fabricant d'instruments de mesure de Petrograd ou Saint-Petersburg, Russie (Петроградъ / Санкт-Петербургъ) jusqu'en 1878.  La seule information trouvée le concernant se trouve sur le site de la ville de Dresde en Allemagne où il est dit qu'après avoir fait fortune dans le commerce d'instruments scientifiques il revint en Allemagne et habita près de Dresde où ils finança l'achat d'un terrain pour la construction d'une église.




Photo (anonyme)


Photo sieur25


Photo M. V. Berdyev
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

RITTENHOUSE

Portrait : David RITTENHOUSE était un fabricant d'instruments étatsunien du 18e s. Il est célèbre pour avoir fourni des instruments de topographie à George Washington. La photo ci-contre montre une boussole gravée au nom de " Go. Washington / Mt Vernon " du nom de sa propriété. Le cadran est signé Rittenhouse & Potts. Le musée de la Smithsonian Institution en présente un exemplaire comparable non signé.
Photo de droite : cliché pris lors de l'exposition universelle de New York en 1939 (Cliquer sur l'image pour voir les détails).

RODE

Portrait : K. Rode était un fabricant de Saint-Petersbourg (en en russe К. Роде, Санкт-Петербургъ - photo M. V. Berdyev). L'entreprise exista de 1815 jusqu'à la révolution d'octobre 1917.
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

ROSPINI 

Portrait : Rospini était le nom de deux frères (Brüder en allemand, abrégé Br.) Andreas Carl (1811-1867) et Carl Joseph (1816-1887) qui fabriquaient des instruments à Graz en Autriche, dont le nom s'écrivait encore Gratz jusqu'au début du 20e s. Après la mort d'Andreas, Carl eut une entreprise à Vienne, Kärnthnerstr. 1074 (voir photo de dr.) Raison sociale : "Tourneur et opticien, Fournisseur officiel de la Cour Impériale". Pour en savoir plus cliquer ICI.

Dans les mines des pays de langue allemande (empire Austro-Hongrois et royaumes allemands comme la Saxe), on se servait autrefois d'une graduation en 24 "heures" (zéro au nord, 12 au sud, ou deux fois 12 heures (voir menu DIVERS/ Graduation/ Heures et aussi STUDER ou BREITHAUPT). La boussole présentée dans la première rangée est la plus ancienne et les "heures" sont divisées en huitièmes, chaque unité correspondant à environ 2 degrés. Sur La boussole STUDER, les heures sont divisées en 1/16e, donnant ainsi une précision supérieure à un degré
La boussole de la deuxième rangée (milieu du 19e. s.) présente en plus d'un clinomètre (voir aussi FENNEL et MORIN) un limbe divisé en 360 degrés et en 24 "heures" de 15 unités correspondant ainsi chacune exactement à un degré.

Boussole de type dit poche de mineur c'est-à-dire pouvant être suspendue à un câble tendu le long d'une galerie inclinée (comparer avec le modèle de SECRÉTAN).


 

Le couvercle de l'écrin présente sur son pourtour une guirlande de motifs fleuris (cliquer sur la photo de g. ci-dessus pour voir le détail).
Le système de suspension se replie entièrement et vient se loger dans une rainure spéciale.
Fiche technique
- Dim. (diam. x épaisseur) : 93 x 13 mm
- Divisions : 24 h de huit unités chaque, sens anti-horaire (vue détaillée du cercle divisé ICI)
- Points cardinaux en latin (voir menu DIVERS / Points card.)
- Verrouillage de l'aiguille : tirette encastrée dans le fond du boîtier sur la face inférieure
- Ecrin en bois recouvert à l'extérieur de cuir noir estampé de festons, doublé à l'intérieur de peau de chamois.
- Epoque : env. 1830


Photo David Geras

Fiche technique
- Clinomètre à levier d'appui rétractable
- Divisions : 360° (numérotés tous les 15 degrés) et 24 h de 15 unités chaque, sens anti-horaire
- Diamètre : 67 mm ; épaisseur : 10 mm
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

ROSSIGNOL

Portrait : Louis-Camille Rossignol était chef-armurier au 106e de Ligne à Châlons-sur-Marne (pour en savoir plus, cliquer ICI). Il inventa un système qu'il baptisa d'abord boussole militaire perfectionnée (brevet n° 238.313 du 5 mai 1894). Cet instrument était encore commercialisé par la Société des Lunetiers (S-L) dans leur catalogue de 1932 (réf. 36180). Les notices d'utilisateur publiées plus tard feront référence à une boussole directrice (voir la genèse de ce terme à l'article correspondant).

Photo de droite : Inscriptions portées sur la ferrure d'articulation du miroir-couvercle :
C. ROSSIGNOL
Chef-Armurier
Bté S.G.D.G.

Cet instrument est appelé dans les notices d'utilisation : Boussole militaire devant servir à diriger les troupes et au levé des plans.
Caractéristiques principales (extrait de la notice d'utilisation) :
"La boussole directrice se compose de deux parties principales : la boîte et l'appareil de visée. La boîte est cylindrique et peut tourner autour de son centre. Elle est graduée sur son pourtour extérieur en 360°. La base inférieure est fermée par un fond en corne transparente. Un croisillon, correspondant aux diamètres Nord-Sud, et Est-Ouest supporte le pivot de l'aiguille aimantée.
L'appareil de visée se compose de la partie circulaire sur laquelle repose et tourne la boîte et de la tige alidade formant la ligne de visée au moyen d'un cran de mire et d'un guidon. Cette tige est taillée en biseau. Elle porte d'un côté une graduation en millimètres et de l'autre une échelle au 1/80.000e. Un miroir forme le couvercle de la boîte. Il permet de voir la position de l'aiguille en même temps que la ligne de visée."
La particularité des graduations portées sur la tige alidade est que le zéro se situe au centre de la boussole, à l'intersection du croisillon. Le côté gauche permet de mesurer des longueurs (graduations de 40 à 100 mm) et le côté droit des distances (graduations de 3 à 8 km), La portion de 7 à 8 indiquant également les centaines de mètres.


Cette boussole est aussi décrite dans le Manuel du Gradé d'Infanterie (photo de droite, cliquer pour agrandir).


En haut : étui, alidade côté millimétré

La boussole était livrée dans un coffret en bois à couvercle coulissant (de type plumier) et avec un étui en peau de chamois fermé par un bouton.



NOTA : Certains exemplaires ont été frottés à la paille de fer afin d'éliminer le pouvoir réfléchissant du revêtement chromé qui aurait trahi son utilisateur à un observateur ennemi.
L'une des branches du croisillon est peinte en noir. La visée s'effectue en mettant en superposition la branche noire du croisillon et la pointe nord (bleue) de l'aiguille. Le pourtour de l'ouverture du fond est gradué pour tenir compte de la déclinaison magnétique.



N° de série gravé sur le cran de mire

La graduation sur le pourtour :



Le miroir s'immobilise automatiquement incliné à 45 grâce une ferrure biseautée s'appuyant sur une tige ressort fixée sur la tige alidade portant l'échelle au 1/80.000e (8 km)



Egalement disponibles : copies du brevet d'invention et du livret spécial du Cne MONDEIL (ci-dessous) datant de 1918 :

Fiche technique
- Dimensions :
140 x 55 x 18 mm
- Poids : 115 g
Matériaux
- Boîte et alidade : laiton nickelé
- Fond de boîte : corne, transparente
- Divisions : 360 degrés, sens horaire
- Cran de mire en V dans la ferrure de la vis de blocage de la capsule graduée
- La notice de l'utilisateur existe en deux versions différentes (voir la Boutique du Musée). En plus de ces notices, C. Rossignol a publié un livret intitulé Note sur l'emploi de la boussole directrice, système Rossignol.



(Clic sur  la photo de g. : gravure de la boussole)
Il existe une version très rare non numérotée et sans nom de l'inventeur comportant en plus un clinomètre (pour les autres différences : voir la fiche technique):



(Cliquer sur les images pour voir des vues comparées des deux modèles)








Ci-dessous : description et mode d'emploi dans le Cours de Topographie du capt. Brèche (St-Maixent 1911):

Fiche technique
(différences par rapport au modèle courant)
- Longueur totale : 15,8 mm, réglette graduée jusqu'à 12,5 mm sur le côté g., échelle 1/80 000e pour lecture des distances jusqu'à 10 km sur les cartes d'état-major sur le côté dr.
- Graduation (360°) du fond de la capsule, clinomètre en forme de flèche, lignes rouges à 45° entre les croisillons.
- Cran de mire à fente et face plane servant à appliquer le clinomètre sur une surface.
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

ROST, R. & A.

Portrait : R. & A. était une entreprise autrichienne viennoise (Wien)



Photo cashinthetaesch2009


Divisions: 360° et 24 h
(voir ROSPINI ci-dessus)
(Cliquer pour agrandir)

Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles topographiques et d'artillerie)

SUITE