BOUSSOLES DE MARCHE (suite)

Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

- M -

M-1938

Boussole à lentille de grossissement utilisée par l'Armée de Terre étatsunienne. Cette désignation s'applique à deux types d'instruments. La version d'origine (lourde) présentée ici était basée sur le concept de la boussole DOLLOND déjà décrite dans un catalogue de F. BARKER & Son de 1926 (brevet de 1916). Peu d'unités l'ont utilisée et elle fut remplacée pendant la 2ème Guerre mondiale par une version légère (voir Superior Magneto et Gurley). Le modèle qui lui succéda est la M-1950 construite par de nombreuses sociétés (liste : voir boussole à lentille de grossissement).
Pour assurer la formation des soldats, l'US Army se servait de brochures contenant une fausse boussole de type M-1938 (version légère).
 


(Cliquer sur les petites photos pour les agrandir)
Fiche technique
- Diamètre (couvercle) : 54 mm
- Hauteur : 35 mm
- Poids (sans liquide) : 180 g
- Graduation : 6400 mill., sens antihoraire
- Peinture : gris, traces d'une couche vert militaire
- Fabricant : certains exemplaires sont signés AINSWORTH

Notice réglementaire disponible en boutique.

Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

MAGNAPOLE

Nom de plusieurs modèles de boussoles à main conçues et commercialisées par SHORT & MASON Ltd seul ou en coopération avec TAYLOR (boussoles de gousset).

MAG. TRNG.

Portrait : Boussole (probablement) fabriquée en Inde du temps où elle était encore une colonie britannique. Le modèle d'origine (1942) a connu une première modification (Mk II 1944) puis a été modernisé par la suite. Nous présentons les trois versions.



Ci-dessus : Le verre était maintenu en place à l'aide d'un ressort filaire encastré dans trois encoches latérales. Le limbe pouvait être tourné à l'aide de deux pattes  situées à 90 et 270 degrés.
Ci-dessous : Vue de la rose au travers de la fenêtre latérale : à chaque extrémité de la ligne verticale (noire) de lecture se trouve un triangle de peinture au radium. 

 

Le côté opposé du boîtier présente une ligne blanche dans le prolongement de l'encoche de visée.
Le modèle d'origine :
1942, n° de série 6529



(Cliquer pour agrandir)



Il y avait aussi des marques au radium sur le cercle divisé (un trait sous 360 degrés), sur le verre (en fait, du plexiglas...) au 2/3 de la ligne de foi entre les deux encoches de visée du boîtier.
Fiche technique
- Diamètre : 60 mm
- Hauteur : 25 mm
- Poids: 100 g
- Graduation : 360° (rose et cercle divisé)
- Visée : à l'aide des deux encoches du bord du boîtier
- Repère nord de la rose : losange de peinture au radium
- Marquages : trident symbole de l'armée britannique (appelé aussi crow foot, pied de corbeau) gravé au-dessus d'un 'I' majuscule (India), abr. R.P.A. (?)
- Le cercle divisé (et le verre) était maintenus en place par un ressort en fer fixé dans trois fentes du boîtier.
- La rose était immobilisée au repos et se débloquait sous l'action d'un piston à ressort placé dans le fond du boîtier.
- Graduations : 360 degrés (rose et cercle divisé)
- Visée : grâce à deux encoches ménagées dans le bord du boîtier
- Matériau : laiton, peinture noire

Vue détaillée de la rose :





Sur la version Mk II, le ressort de maintien était remplacé par un cercle de section triangulaire monté avec interférence. Les deux pattes situées à l'Est et l'Ouest sont remplacées par des renflements.
La rose d'origine existait également percée de quatre trous : cela permettait de repérer plus facilement sa position dans l'obscurité par contraste avec la peinture lumineuse du fond du boîtier (voir plus loin).

(Photo Chris Stedman)
Modèle F 06/89 - Mk II 1944

Fiche technique

- Dimensions et poids : idem ci-dessus
- Date sur le fond du boîtier (1944) : probablement la date de conception du modèle Mark II.
- Matériaux : laiton, traces de peinture noire

Sur le modèle "remis à niveau", la fenêtre inutile est obturée par une platine vissée.







Sur cette version modernisée, un limbe a été superposé à l'anneau d'origine ajouté mais il ne peut pas tourner et la boussole ne peut donc plus être utilisée pour afficher un cap à suivre ou prendre un relèvement.

Modèle ME 502 - Mk II

Fiche technique

- Dim. et poids : voir modèle ci-dessus
- Graduation : 360° et 6400 mill. sur la rose plate, 360° sur le cercle divisé

Vue de l'intérieur du boîtier recouvert de peinture luminescente : le frein d'aiguille est mû par un bouton-pression (visible sur les photos de gauche), un levier articulé et un ressort à lamelle.

Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

Marschkompass

Le terme allemand Marschkompass (abrégé MK ou MKo) était la désignation officielle des boussoles utilisées dans les organisations paramilitaires et militaires. Voir Busch, Stockert, Breithaupt etc. Conmparer notamment avec les instruments appelés Touristenkompass et Jugendkompass.

Meiser & Mertig

Portrait : Meiser & Mertig GmbH - Werkstätten für Präzisionsmechanik - (sise à Dresde Nr. 6, Kurfürstenstr. 27) était une entreprise allemande qui fabriquait des instruments scientifiques. M. & M. a réalisé en 1924 la boussole TRIUMPH. Lien vers le catalogue 1903 n° 27.

MANUFRANCE (MF)

Portrait : Autre nom de la Manufacture d'Armes et de Cycles de Staint-Etienne (voir Wikipedia). Certains instruments sont frappés du sigle MF. Pour plus de détails concernant les modèles présentés ici voir boussole directrice, Bézard, Peigné, Lemaire, Souchier etc.

Edition 1908
Edition 1921

Edition 1965

Boussole de gousset à face typique de
Muller & Vaucher

Trousse boussole et baromètre side
(voir un exemplaire en bon état ICI)

Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

MEOPTA (xbk)

Portrait : ancienne entreprise tchécoslovaque située à Prague (Praha en tchèque). Son code confidentiel sous le régime communiste était xbk (voir exemple dans la section boussoles de topogr. et militaires).
Elle produisit dans les années 1930-40 une boussole de type Bézard pratiquement identique à celle signée ŠP (entreprise rachetée par Meopta ?). La seule différence réside dans la réalisation de la flèche indiquant le sens de la marche qui consistait en deux décalques sur la version SP.
Par la suite, elle produisit une version en boîtier parallépipédique avec le même type de capsule.

Le logo du fabricant
La flèche en relief (emboutie)

Fiche technique
- Graduation : 360 degrés, sens horaire
- Cadran et aiguille de type Bézard
- Points cardinaux : voir Divers / Points cardinaux / Tchécoslovaquie
- Réglette : 50 mm
- Poids : 70 g
- Le miroir possède un ressort à lame qui permet de l'immobiliser incliné à 45 degrés.


- Marquages :  MEOPTA (logo) Made in Czechoslovakia
- Date de fabrication : probablement années 1950


Cliquer sur les images pour les agrandir
Fiche technique
- Dimensions : 80 x 52 x 20 mm
- Graduation : 360 degrés, sens horaire
- Points cardinaux : voir Divers / Points cardinaux / Tchèque
- Réglette : 70 mm
- Poids : 75 g
- Cadran et aiguille de type Bézard
- Matériau :  boîtier parallélépipédique en bakélite, couvercle et miroir en acier

Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

MERIDIAN

Portrait : ancien nom d'une société suisse (pour en savoir plus, cliquer ICI).
A ne pas confondre avec le modèle MERIDIAN des sociétés allemandes WILKIE et K&R.
(Voir aussi la catégorie Boussoles topographiques)


 


La capsule est aussi démontable et peut être remplie à l'aide d'une vis latérale. Son fond est ondulé comme celle d'un baromètre pour compenser les variations de température et de pression.
Fiche technique
- Dimensions : 60 x 52 x 17 mm
- Poids : 135 g
- Graduation : 360 degrés
- Miroir : métallique, ligne de visée matérialisée par 2 traits de peinture lumineuse
- Marquage (au dos) : n° de série  94 et  MERIDIAN
- Sacoche en cuir





Modèle MK-2002

L'abrév. MK veut probablement dire ici Marschkompass. Les modèles les plus anciens ont un disque signé PASTO.


Photos Jaypee - coll. priv.
Cliquer sur les images pour les agrandir
Fiche technique
- Diamètre : 50 mm
- Epaisseur : 20 mm
- Poids : 20 g
- Graduation : 400 grades ou 360 degrés
- Capsule : matière plastique souple indémontable

Nota : Instrument à prisme de conception similaire au modèle PASTO 206 S (voir ci-dessous) mais avec un boîtier en métal et sans flèche de cap réglable. Nous ne savons pas qui a créé en premier ce modèle imitant (de loin) les célèbres Mark III britanniques. La couronne graduée est identique sur les  modèles de PASTO et de MERIDIAN.

Modèle (nom/n° ?)



Voir le modèle haut de gamme commercialisé par MILLER ci-après.



Sur certaines boussoles, l'étiquette indique comme adresse la ville de PERY en Suisse.

(Photos Jaypee - coll. priv.)
Fiche technique
- Dimensions : .. x .. x .. mm
- Poids : .. g
- Graduation : 400 grades
- Capsule : matière plastique souple indémontable
- Miroir métallique, pas de ligne de visée
- Sacoche en cuir identique au modèle de topographie MK-2001


Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

MILLER

Portrait : MILLER OPTIK (www.miller.at) est une entreprise autrichienne sise à Innsbruck (matériel optique).
Son directeur Dr Bruno Miller (âgé de 90 ans en janvier 2013) qui avait repris l'entreprise des mains de son père Fritz Miller en 1951, ne connaissait pas ce type de marquage des produits et cette entreprise n'a jamais fabriqué de boussoles mais des instruments d'optiques comme des théodolites et autres instruments de topographie. Cette boussole présente certaines caractéristiques typiques des produits réalisés ultérieurement par PASTO / WILKIE (limbe gradué et aiguille magnétique). Le boîtier en bakélite est identique à un modèle plus simple commercialisé par Méridian (ci-dessus).






Fiche technique
- Dimensions :  65 x 65 x 25 mm
- Graduation : 360° sens horaire
- Clinomètre : +/- 90°, nivelle cylindrique
- Poids : 88 g
Le couvercle/miroir verrouillable au moyen d'une vis imperdable actionne le bouton-levier d'immobilisation de l'aiguille.
- Réglette latérale : néant
- Marquage au dos : MILLER INNSBRUCK

Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

M.I.O.

Portrait : Cet instrument est le seul que nous connaissions présentant un disque gradué entièrement noir (comparer avec Stinger). Ils étaient fabriqués dans les années 1915 -1930 par F. Barker & Son pour l'armée des Indes (Indian Army, colonie anglaise). Le cadran était aussi proposé en Grande-Bretagne mais sans succès. Le sigle M.I.O. n'est toujours pas élucidé. Merci d'éclairer notre lanterne.



Photos David / Nautical Antiques


Fiche technique
- Disque : aluminum, repères au radium
- Dimensions : standard Verner's Pattern Mk VIII
- Autres marquages :
• Sur le fond : la flèche de l'armée au-dessus de l'initiale 'I' (India, voir Magn. Trng. plus haut) entre les lettres I (ou est-ce le chiffre 1 ?) et G
• Sur la sacoche en cuir (lien vers la photo) : flèche de l'armée au-dessus de la lettre T

Miroir (boussoles à ~)

La boussole à miroir fut inventée par ... en ... (?). Les boussoles à miroir ont généralement tout comme les boussoles à prisme une double rangée de graduations et de chiffres sur la rose : l'une est imprimée normalement et peut être lue à l'œil nu tandis que l'autre est inversée pour être lue dans un miroir disposé dans le couvercle de l'autre côté de la capsule.

Exemples de boussoles à miroir exposées ici :
- boussoles topographiques et d'artillerie : Breithaupt, Brunton, FPM, Rossignol, Winterer...
- boussoles à main : Bézard, Busch, Cruchon & Emons, Doignon, MORDAN, Plan, RECTA, SILVA, "S" (C. Stockert) ...
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

Mk 1 (Mark 1)

Portrait : modèle de boussole anglaise (voir Mark 1, 2 etc.) qui a aussi été utilisé dans l'Armée Française (voir F. BARKER & Son) dans les années 70-80.

MK III (voir BARKER)

MK3A

Des boussoles de type Mark III ont été fabriquées en Australie par J. W. Handley de Melbourne à partir de 1966 (date d'extinction de la protection du brevet) et l'Australie en fabriquait pour ses propres forces armées. Voir ci-dessous à dr. la version la plus récente présentant deux NSN différents après remplacement du radium par du tritium. Noter l'abréviation GILS au centre.
L'Inde a également fasbriqué des MK3A. La signification des abréviations O.D.D. et O.F.D. est inconnue.
 Fiche technique: voir BARKER - MK III (Photos: coll. privées)



Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

M.K.32

Désignation première de la boussole K.M.32 (voir aussi GERLACH, JEZNAZKI, KULVIEC).

Modèle 1922 (Mle 1922)

La boussole appelée Modèle 1922 a succédé à la boussole directrice (modèle de gousset, voir MORIN), dite aussi boussole du poilu utilisée pendant la Première Guerre mondiale. Elle n'apparut cependant que vers la fin des années 1920 dans le Manuel du gradé d'infanterie (photo de droite - cliquer pour agrandir).
NOTA : Il y eut également un instrument désigné provisoirement Modèle 1922 mais de conception différente, réalisé par la société DOIGNON.
Les conditions de réception (8 p. copies disponibles sur demande) portent l'en-tête du Ministère de la Guerre, Service géographique de l'Armée, Section des Instruments et Laboratoire d'Optique. On ne peut donc pas savoir qui de tous les fournisseurs français en fut le concepteur initial.
Sa forme en U évoque la boussole de type BÉZARD (cliquer sur le lien pour accéder au chapitre qui lui est consacré) qui lui succéda après la Seconde Guerre mondiale, mais il n'en avait pas les fonctionnalités avancées.
Elle a aussi existé en version simple de gousset dite directrice et présentant le même cadran  (voir MORIN).
Elle a servi de modèle à la boussole polonaise K.M. 32 fabriquée d'abord par GERLACH puis par JEZNACKI. L'Armée et la Gendarmerie Belges l'ont aussi utilisée (de ... à ... ?).
Une version moderne à amortissement liquide et une version à miroir suspendu sous le boîtier (système RECTA) furent commercialisées en 1954 par la société LEMAIRE.
Le maniement de cet instrument dans l'armée est expliqué en détail dans le livret intitulé L'ORIENTATION publié chez Lavauzelle (éditeur spécialisé dans la documentation militaire (photocopies disponibles sur demande).

La boussole Modèle 1922 réglementaire graduée en grades telle que décrite dans la notice de l'Institut Géographique National (IGN, éd. de 1943).
Son cadran est équipé d'une flèche de route (principe identique aux boussoles de gousset dites directrices (ou de "poilu") de la 1ère Guerre Mondiale)
 

Fiche technique
- Matériau : aluminium
- Dimensions: 750 x 60 x 17 mm
- Poids : 100 g
- Marquages externes:
. sur la tranche (côté articulation du couvercle) : Mle 1922 + nom du fabricant + n° de série
. sur le couvercle : I.G.N. ou M.G. (Ministère de la Guerre)
- Réglette de 60 mm sans graduations
Fabricants: CRC, Demaria-Lapierre, DLMGAUMONT LEMAIRE, SECRÉTAN, Sté des Lunetiers (S-L).
- Graduation : degrés, grades ou millièmes.
Nota : Sur le limbe gradué en degrés des premiers exemplaires, la déclinaison  était indiquée par les lettres NM (nord magnétique) Gravure tirée de la Note Technique sur les BOUSSOLES (1931).
Version d'origine (DEMARIA-LAPIERRE) graduée en 6400 millièmes. La flèche est réalisée à la peinture au radium.




Version réglementaire (Lemaire)
graduée en 400 grades



Ci-dessous: Une boussole Bézard brevetée 20 ans auparavant...
Modèle 751* (1933-1940)
- Boîtier en bakélite avec miroir collé dans le couvercle. Sur les boîtiers en Kralastic réalisés après la 2e GM, le miroir était fixé par 2 vis.
- Repères radiumisés (Société Française d'Energie et de Radiochimie, 51-53 rue d'Alsace, Courbevoie).
- Table de conversion gravée sur platine en maillechort.
- Fond transparent en rhodoïde.
Le modèle fut déposé en 1934 par Charles Collignon et fabriquée par Houlliot. Le 1er boîtier fourni par BALDON (de Bezons) fut présenté pour acceptation le 12/12/1933.



A dr. : Prototype du modèle 750 ayant servi au dépôt du modèle en janvier 1934 :

Photo de dr. : M. Collignon, qui nous a également fourni les informations techniques et historiques

Modèle 850* (env. 1950-60)
Boîtier en Kralastic (mat. synth. traité contre le chargement électrostatique).
La flèche et les repères ne contenaient pas de radium. Table de conversion imprimée sur une plaquette en aluminium oxydé. Fabricant : Collignon-Houlliot (lien vers la présentation dans le catalogue MORIN de 1964. Voir aussi MORIN plus loin et l'illustration de l'encyclopédie Larousse).



Ce modèle existait également en
version militaire graduée en 6400 millièmes  (photo du mode d'emploi d'origine).

* Les nos des modèles apparaissent dans les documents internes (listes de prix)
Ces boussoles étaient graduées en degrés, grades ou millièmes selon le désir du client mais elles  possédaient une table de conversion gravée ou imprimée sur une plaquette métallique qui se logeait entre la capsule et le fond transparent du boîtier. Voir ci-dessous, échelles D (degrés), G (grades) et M (millièmes). La plaquette servait aussi de réglette (50 mm).



Le modèle 852 présentait en plus un clinomètre constitué de deux échelles (degrés et pourcentage) pour mesurer les pentes (positive et négative). Il fallait pour cela tenir la boussole ouverte verticalement par la cordelette et observer un objectif au niveau de l'encoche de visée faisant face aux graduations imprimées sur la face opposée du couvercle. A comparer aux systèmes de Büchi et de Teleoptik. On peut aussi distinguer l'une des deux vis de fixation du miroir dans le couvercle (photo du mode d'emploi d'origine).



La capsule était aussi vendue et exportée sous forme de boussole de gousset simple (photo : voir LUFFT mod. n° 1950).
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

MOM (Süss Nándor - IRÁNY)

Portrait : MOM (Magyar Optikai Művek, Usines Optiques de Hongrie) était une société hongroise fondée en 1876 par Süss Nándor (1848-1921) à l'université de Kolozsvár, au 8 de la rue Mozsár et s'appelait initialement Süss Precíziós Mechanikai Intézet (Süss Precision Mechanics Institute). L'institut déménagea en 1900 au n° 9, rue Alkotás. La raison sociale fut modifiée en MOM en 1939. MOM cessa ses activités en 1995. Son logo était composé des trois lettres MOM inscrites dans un cartouche circulaire.
La plus ancienne de ces boussoles est de conception absolument identique au modèle de type BÉZARD avec son aiguille caractéristique à l'extrémité sud en forme de disque. Les versions ultérieures sont signées ou bien MOM ou bien du chiffre 41 (code de l'usine sous le régime communiste) seulement. Elles sont toutes de dimensions légèrement supérieures au modèle allemand (phénomène comparable à la relation entre le modèle 1922 et la K.M. 32) mais les versions ultérieures présentent une capsule à amortissement liquide. Deux types de graduation sont connus aujourd'hui : le plus ancien en 6400 millièmes en sens antihoraire avec le zéro au sud et la version de l'époque communiste en 6000 millièmes en sens horaire (voir les détails dans les fiches techniques),
Toutes possèdent un boîtier en bakélite brun-rouge. Certaines ont un couvercle et une capsule en laiton, tandis que d'autres, beaucoup plus légères, ont une capsule et un couvercle en aluminium. D'autre part, les matériaux et la forme de l'anneau d'accrochage diffèrent aussi.  Elles étaient utilisées en combinaison avec une réglette de 10 cm comme le modèle Bézard UBK. La version plus récente (graduée en 6000) aurait aussi été utilisée par les troupes du Vietnam-Nord (un cadeau offert aux frères socialistes) lors des Guerres d'Indochine malgré les points cardinaux indiqués en hongrois (voir sous DIVERS). Contrairement à la boussole Bézard, elle n'avait pas de flèche lumineuse en carton dans le couvercle.
Apparemment, MOM a uniquement fabriqué le grand modèle militaire. La version civile identique au petit modèle I de LUFFT était fabriquée par GAMMA.
MOM a aussi produit une version hongroise du modèle Mark III de F. Barker (voir le site www.CollectingMilitaryCompasses.tk).

Le premier modèle de type Bézard en aluminium et peinture bleu-gris (cadran: voir à droite)
Couvercle - Le mot IRÁNY signifie DIRECTION en hongrois.





Nom du fabricant et logo:
Süss Nándor R. T. Budapest.
N° de série: 41868



Cliquer sur les images pour les agrandir
Extrémité sud de l'aiguille avec une pastille lumineuse ronde (Mle Bézard 1930)



Version MOM à aiguille rouge et blanche à amortissement liquide



Le Nord (Észak, voir DIVERS / Pts. card. / Hongrie) fait face au repère 3200 millièmes comme sur les Bézard des années 1930.
L'ancien blason de l'Autriche est gravé sur l'étui en cuir.
Cliquer sur la photo pour voir le détail





Le logo de MOM :

Fiche technique Mod. MOM 1939

- Dimensions : 80 x 70 x 20 mm
- Graduation : 6400 millièmes, sens antihoraire, zéro face au repère sud
- Diamètre : 55 mm
- Poids : 285 g
- Couvercle gradué : 50 mm
- Inscriptions sur le verre :
39 M. TÁJOLÓ ('boussole modèle 1930/39' en hongrois)
- Inscription sur le couvercle : IRÁNY (direction)
- Matériaux :
• boîtier : bakélite verdâtre
• couvercle : laiton
• anneau : nickel (circulaire)
- Inscriptions sous le boîtier :
• logo : lettres MOM entrelacées
• n° de série : 8372
- Etait fourni avec une réglette de 100 mm comme la boussole Bézard.
Couvercle (IRÁNY = DIRECTION)



Cette version avait un miroir parfaitement rond couvrant la totalité du verre et peint en vert (cliquer ICI pour voir une photo).
Cadran gradué en 6000 mill. (pacte de Varsovie)

Forme des anneaux
- à g., l'ancien modèle,
- à dr., le modèle post 1949


Fiche technique
Dimensions : idem
- Graduations : 6000 millièmes, sens horaire, nord à zéro
- Poids : 150 g
- Matériaux :
• boîtier : bakélite brun-rouge
• couvercle : aluminium
• anneau : aluminium (partiellement ovale)
- Inscriptions sous le boîtier :
• 41 (code de l'usine)
• n° de série : 954557
• Plus de flèche en carton
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

MORDAN

Portrait - La société S. Mordan & Co a réalisé principalement des boussoles de type Verner pendant la Première Guerre mondiale.
L'instrument présenté ici est une boussole à miroir, reprenant avec des améliorations les boussoles réalisées pour le US Corps of Engineers par Cruchon & Emons ou PLAN.
Modèles VERNER Mk VII et VIII : voir French Limited (F-L) et Ed. KOEHN.



(Cliquer sur les photos pour les agrandir)
Fiche technique
- Diamètre : 54 mm
- Hauteur : 21 mm
- Poids : 150 gr
- Matériau de la rose : synthétique transparent
- Peinture interne capsule : radium
- Date: 1915
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

MORIN

Portrait : ancienne société française, revendeur d'instruments de mesure (pour en savoir plus, cliquer ICI)
Voir aussi les boussoles topographiques, de gousset et les compas de marine.

MORIN commercialisait dans les années 1950-1960 un modèle 1922 grand public en matière synthétique (voir plus haut) fabriqué par COLLIGNON-HOULLIOT. Morin avait réussi à se faire de la publicité dans le Grand Larousse Encyclopédique (éd. 1968, ci-dessous)

Exemples de boussoles proposées dans le catalogue MORIN datant des années 1960.

La boussole appelée directrice dans le catalogue MORIN des années 1930 (gravure de droite) est présentée avec les boussoles de gousset en raison d'affinités de forme avec de nombreuses autres (LUFFT, BUSCH etc.) bien que faisant partie d'un point de vue technique, des boussoles à main.

On l'appelle aussi vulgairement boussole de 'poilu" (soldat de la 1ère G.m.).


Catalogue MORIN années 1930 (cliquer sur la gravure pour accéder directement à cet article)

(Lire aussi l'article Boussole Directrice)
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

- N -

NEAG

Portrait : Norddeutsche Elektro-Akustik Gesellschaft, Kaufhold K.-G., Berlin SO 36, Oranienstr. 185. Au cours de la 2e G.M., le code confidentiel de trois lettres était cjy. Boussole réglementaire des soldats de la Wehrmacht (IIIe Reich). Descr. techn.: voir Breithaupt.
Photos Jaypee, coll. priv.  

NEWTON & Co.

Portrait : Ancienne société britannique (pour en savoir plus, cliquer ICI).
Il semblerait que cette société ait réalisé le plus ancien des modèles à prisme de type Verner connu à ce jour.
Il était désigné Mark IV et sa rose mobile en nacre ne présentait qu'une seule rangée de chiffres.
Voir aussi les Boussoles de gousset.



Cliquer pour agrandir
(Photos Steven Wiggins)


Fiche technique
- Matériaux : laiton et nacre
- Graduation : 360 deg.
- Dimensions (diam. x ép.) : 35 mm x 16 mm
- Poids : 130 g
- Inscriptions : nom du fabricant sur le bord du couvercle et "No. 160" sur le protège-prisme ainsi que les chiffres IV et 46 au dos de la capsule, accompagnés du trident symbole de l'armée de Terre de Grande-Bretagne.
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

NIEDERMANN

Albert NIEDERMANN était un inventeur suisse de Zurich . Il fit breveter plusieurs systèmes dont BÜCHI a produit et commercialisé deux modèles.
La société Büchi nous a gracieusement prêté la documentation relative à ses travaux. Pour plus de renseignements, prière de contacter le conservateur du musée.

Orientierungskompass
Brevet suisse n° 152.634 (1932)



Cliquer sur les images pour les agrandir
Orientierungskompass
Brevet suisse n° 199.512 (1937)

Orientierungskompass
Brevet suisse n° 234.145 (1944)
Diopterfreie Orientierungsbussole
(Boussole sans alidade) Brevet suisse n° 376.280 (1964) - Cet instrument n'a jamais été fabriqué.


Magnetnadeldose mit Flüssigkeitsfüllung zur Dämpfung der Magnetnadelschwingungen

Niedermann avait déposé en 1940 un brevet (n° 165.879) concernant une capsule pour amortissement des oscillations de l'aiguille par liquide (Membranfensterdose) qui avait été attaqué par les entreprises suédoises Instrumentfabriks-Lyth et Svenska Elektro-Industri Co. parce qu'il enfreignait les droits de leur propre brevet (n° suisse 193.664). Niedermann proposait cependant une solution différente dans laquelle les déformations de la capsule dues aux variations de pression et de température sont absorbées par les parois latérales  (brevet n° 228.002) et non par le fond ou la vitre supérieure (voir à droite).
Fig. du brevet (cliquer sur l'image pour voir la page complète et la gravure originale manuscrite en couleur signée de Niedermann)



Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

NIFE

Portrait : ancienne société suédoise qui produisait des batteries à base de nickel (Ni) et de fer (Fe). Un membre de la Sté SILVA nous a dit que ce type de boussoles était fabriqué par la sté A/B Lyth sur la base d'un concept établi par Gunnar Tillander. Nous ne savons pas quel genre de relation commerciale existait entre ces deux sociétés. Elle a été fabriquée à partir de 1933 et le modèle repris ensuite par SILVA. Mis à part le système anglais Mk III de BARKER, c'était l'une des toutes premières boussoles à main à amortissement liquide.
La Suède (pays neutre) utilisait jusque récemment une graduation en 6300 millièmes

 


Comparer avec les modèles de LYTH et de SILVA

(Cliquer sur les photos pour les agrandir)
   

À g. :  version provisoire de 1932 à triple fenêtre (inscr. dans le couvercle : PAT. SÖKT = brevet déposé)
À dr. :  version définitive de 1933. 
Fiche technique
- Matériaux : bakélite et acier
- Aiguille : amortie par bain liquide
- Graduation : 6300 millièmes, sens horaire.
(Repère rouge du Nord positionné sur le chiffre 63). Points cardinaux en suédois (ouest-est : V-Ö, voir DIVERS/Points card.).
- Dimensions : 70 x 68 x 20 mm
- Poids : 210 g
- Numéro de série : 44
Le couvercle (dans lequel apparaît le sigle NIFE) ne comprend qu'un trait lumineux, alors que le modèle de SILVA possède un miroir.

NISTRI

Portrait : Raffaelo Nistri (voir OMI dans compas aéron.) était un ingénieur et industriel italien. Il a obtenu en 1956 un brevet (version suisse n° 314952) pour une boussole de marche.

NVA

L'armée de l'ancienne Allemagne de l'Est (Nationale Volksarmee, NVA) utilisait des boussoles fabriquées par Freiberger Präzisionsmechanik (FPM).
Vue du poster destiné à la formation militaire      
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

- O -

OBSERVATOR

Portrait : NV Ltd OBSERVATOR ROTTERDAM était une ancienne entreprise néerlandaise créée en 1924, reprise par Kelvin Hughes en 1996 puis finalement fondue dans le groupe Lilley & Gillie Ltd (voir dans WIKIPEDIA angl.: John Lilley & Gillie).
On connaît divers instruments portant cette signature dont des sextants et des compas de marine (voir cette catégorie).



Version hollandaise du célèbre Mk III
(voir F. Barker & Son)

Photos G. Ralph

Cliquer sur les images pour les agrandir
Fiche technique

- Graduation : 360°, points cardinaux en néerlandais (Z = Zuid = sud)
- Numéro de série : 691 D
Marquage au dos :
NV OBSERVATOR ROTTERDAM
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

OPTOS

Portrait : ancienne société ... (probablement allemande - aucune info disponible pour l'instant)
Boussole de type Bézard (petit modèle I, sans miroir) fabriquée dans un pays de langue allemande (D, A ou CH). Toutes les caractéristiques typiques du modèle original de LUFFT ont été reprises, légèrement modifiées, telles que l'axe Ouest-Est (W-O) matérialisé sur le verre, destiné à être placé sur les noms des villes inscrits sur les cartes pour pouvoir repérer à l'aide de la base graduée des caps de marche à suivre ou le gisement d'objectifs sans devoir orienter la carte, la boutonnière ménagée dans le couvercle, le mot RICHTUNG (direction) l'évidement rond de l'extrémité sud de l'aiguille etc.




Différence de design par rapport à l'original Bézard de LUFFT, la flèche située SOUS le mot Richtung.
Fiche technique
- Matériau boîtier : alumimium
- Graduation : 6400 millièmes, sens antihoraire
- Dimensions : 70 x 58 x 13 mm
- Poids : 55 g
Epoque: probablement fin des années 1920-début 1930.
Les photos montrent le modèle 5020. Le modèle 5021 possédait un miroir tout comme le petit modèle IS de Bézard.
Le repère de déclinaison magnétique consistait en une petite lamelle triangulaire enfichée dans le cadre du verre lequel pouvait pivoter dedans pour pouvoir être adapté à une nouvelle région d'utilisation.

(Cliquer sur les images pour les agrandir)
Le système de verrouilllage de l'aiguille magnétique est unique en son genre : un arbre à came intégré dans le boîtier entre les rivets de fixation du couvercle appuie sur le levier de relevage de l'aiguille magnétique.

À g.: Vues de la boîte en carton et du mode d'emploi
(copies disponibles sur demande)

ORION

ORION est le nom d'un modèle de boussole fabriquée par KRÖPLIN
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

P - Q

PASTO - Paul STOCKERT

Portrait : Ancienne société allemande (pour en savoir plus, cliquer ICI). PASTO commença par produire une boussole identique au modèle développé par Busch pour l'organisation de jeunesse Jungendienst et utilisée par les fantassins allemands de la Seconde Guerre mondiale. PASTO reprit également la fabrication de l'unique modèle de KÜHRT.
Pour finir il réalisa en très petites quantités un modèle reprenant la conception des boussoles anglaises (voir Barker Mk III et Verner's pattern) appelé 206 S. Comparer également avec le modèle MK2002 de MÉRIDIAN (plus haut).

Ci-dessus : le logo de PASTO  
La liste des modèles est  incomplète. Les modèles n° 2 à 4 sont inconnus.
Sans doute s'agissait-il de variantes du n° 1, avec miroir, etc. (Voir aussi les boussoles de gousset).

Modèle simple sans miroir ni couvercle
(n° 1 selon le catalogue de PASTO) identique au modèle créé par BUSCH dans les années 1930.

Le même boîtier mais équipé du limbe blanc à double graduation  de KÜHRT (ci-dessous).



Fiche technique
- Dimensions: 70 x 60 x 18 mm
- Poids : 40 g
- Blocage de l'aiguille : levier manuel
Le boîtier avec double graduation (360° et 64oo mill.) fut probablement comercialisé après le rachat de KÜHRT (voir aussi le modèle 5s plus bas)

- Réglettes latérales: 50 mm et deux pouces Ceci indique une date de fabrication postérieure à la 2e G.M. De même, la marque lumineuse de la déclinaison magnétique est placée vers 5° ouest, ce qui correspond env. aux années 1950.
Boussole de randonnée - Forme et fonctions similaires à l'unique modèle de Kührt mais de taille inférieure.

Fiche technique
- Dimensions: 85 x 65 x 18 mm
- Poids : 75 g

Une version tardive à amortissement liquide possédait une échelle permettant de tenir compte de la déclinaison locale :


Modèle n° 5, mais en matière plastique avec miroir, peinture lumiscente, anneau et cordelette. Existait en noir et en beige. La même forme de miroir/couvercle réapparaît d'ailleurs plus tard sur les modèles de C. Stockert.
Ces boussoles étaient appelées modèles 11 et 12 dans la version à amortissement liquide.
 
À g. : n° 5 beige ; à dr. : n° 12 (capsule liquide, aiguille rouge typique de WILKIE)



Le modèle n° 5s (S = Schnur = cordelette) avec la rose à double graduation des boussoles de type KÜHRT (degrés et millièmes)
Manuel de l'utilisateur (page de garde)
(Cliquer sur les photos pour les agrandir)



Fiche technique
- Dimensions : 70 x 60 x 20 mm
- Poids: 55 g

Photos mod. 12 Fluid et 5s Sancho Urbina
(Cliquer pour agrandir)
Modèle 206 S à amortissement liquide et prisme imitant de manière simplifiée les célèbres boussoles anglaises Mark III (voir Barker, TG Co.) et de forme identique au modèle MK-2002 du Suisse MERIDIAN. 


Les sacoches en cuir avaient généralement une patte munie d'une boutonnière permettant de les accrocher à un bouton d'uniforme (voir MODE d'EMPLOI, image 28, dans le chapitre consacré à la boussole Bézard).


Fiche technique
- Diamètre boîtier : 48 mm
- Hauteur : 17 mm
- Poids : 70 g
- Divisions : 360 degrés
- La position de la flèche de cap se réglait au travers de la vitre supérieure à l'aide d'un petit bouton moleté similaire à celui des boussoles de gousset de LUFFT et BUSCH.
  

Egalement réf. 206 S dans le catalogue de C. Stockert & S.
Il existait aussi une version (réf. 205, ) avec lunette à verre avec lignes croisées et pointe de flèche au lieu d'un simple index (cliquer sur l'image de g. ci-dessous pour voir la descr. compl. en angl.).
 
Fiche technique
- Dim. : 85 x 55 x 20 mm
- Poids (avec sacoche cuir) : 180 g

Version export (USA) à boîtier rectangulaire, à comparer avec une version similaire à miroir suspendu présentée au chapitre consacré à C. Stockert (dessin et descr. dans catalogue) mais dont nous possédons un exemplaire accompagné d'un mode d'emploi orné du logo de WILKIE en forme de rose des vents symbole de l'OTAN.

Mode d'emploi disponible en anglais.
 

En nov. 1972, Paul Stockert a mis au point et déposé le modèle d'un système à éclairage intégré. WILKIE l'a produit en 1973 en y incorporant plusieurs améliorations (suivre le lien pour la descr. compl. et plus de photos).
L'intensité lumineuse se réglait au moyen d'une molette latérale (comparer avec le système signé Eschenbach).




Photos F. Liebau / Traitement J.-P. Donzey

Dessin extrait du document de dépôt du modèle (DBGM 7243598) publié en mars 1973.

Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

PERMAN

Portrait : Emil Perman était un inventeur. Il obtint en 1914 un brevet (n° 304765, lien vers la page 1) divulgué seulement en 1918 décrivant une boussole à fond transparent et miroir inférieur articulé. Ce principe a été repris plus tard notamment par WILKIE.

PLAN Ltd Neuchâtel

Portrait - PLAN était une entreprise suisse. Le fabricant était très probablement David Perret et fils dont l'usine se situait dans le quartier appelé le Plan à Neuchâtel et qui produisait des montres également baptisées PLAN. Elle avait été créée en 1854. David mourut en 1908 mais son fils continua l'affaire. Dès avant la 1ère Guerre mondiale, PLAN avait fabriqué (pour l'Armée suisse ?) la boussole décrite ci-dessous. Elle se distingue par sa double graduation de 0 à 32 , c'est-à-dire 6400 millièmes en tout. Cette caractéristique se retrouve aussi sur les vieux sitomètres BÜCHI. Elle est aussi presque identique à une boussole à main signée GOERZ.

Modèle env. 1910 ?



(Cliquer pour voir le détail du cadran)


Vue latérale, couvercle fermé. Le nom de la sté est gravé sur l'articulation  (photo de droite)

GOERZ a produit une boussole très semblable


Fiche technique
- Diamètre: 55 mm
- Hauteur: 17 mm
- Poids: 100 g
- Graduation: 2 x 3200 mill.


PLAN Ltd fabriqua ensuite des boussoles à miroir de type Mark VI pour le génie militaire (U.S. Corps of Engineers, responsable de l'approvisionnement des boussoles) pendant la Première Guerre mondiale (voir aussi Cruchon & Emons).
Le brevet (déposé par LONGINES à la fin de la 1ère Guerre mondiale) est extrêmement précis et décrit même la forme du trou de visée :
ouverture ayant la forme d'un quadrilatère composé de deux triangles isocèles de hauteur inégale accolés par leur base (!). Comparer avec la version à trou rond commercialisée par Abercrombie & Fitch. Le principe du petit miroir concave placé au pied du système de visée avait été cependant décrit dès 1907 dans un brevet déposé en Angleterre par S. Lawrence (voir aussi l'article REFLECTOR).
Mode d'emploi/description et 'Rules to be observed' (en anglais) : CLIQUER ICI. (pour la version française, voir le brevet de Longines).

Boussole à miroir
1ère Guerre mondiale



Sur la version de C. & E., la ligne repère en forme de flèche n'est constituée que d'un court trait épais.


Le miroir est constitué par une pastille d'acier polie et collée dans le couvercle. Sur la version d'A. & F., le trou de visée est rond.
Fiche technique
- Diamètre : 54 mm
- Hauteur : 18 mm
- Poids : 150 g

Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

PÖFERLEIN

Rapporteur carré (cliquer ICI pour plus de détails)

Rapporteur carré - env. 1935 ?


(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)
Vue d'ensemble avec pochette
et mode d'emploi

Fiche technique
- Côté : 100 mm
- Epaisseur boussole : 7 mm
- Graduation : 6400 mill. sens antihoraire, points cardinaux seulement sur la boussole
- Pour cartes à l'échelle 1/100.000e.
- Fil permettant de mesurer les angles sur les cartes

Photocopies du mode d'emploi disponibles

Pologne

Portrait : Version polonaise de la boussole utilisée dans l'Armée Rouge, modèle dit AK.



Cliquer pour agrandir

Fiche technique
- Dimensions : 75 x 55 x 20 mm
- Graduation : 6000 mill. sens hor., points cardinaux en langue polonaise (voir DIVERS/points cardinaux)
- La barre centrale est alignée suivant un axe N-S alors qu'elle suivait un axe E-O sur les boussoles de la Wehrmacht pendant le IIIe Reich (ex. Breithaupt, Busch - voir aussi FPM).
- Marquages lumineux: peinture au radium (lien vers photo, similaire au modèle AK)
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

Prisme (boussole à visée par prisme)

La boussole à prisme a été inventée par Henry Kater en 1811 et améliorée puis brevetée l'année suivante par C. A. Schmalcalder. L'une des boussoles à prisme la répandue dans les troupes anglo-saxonnes pendant la Première Guerre mondiale fut le modèle dit de Verner. Un autre modèle célèbre est celui breveté par Creagh-Osborne à prisme très grossissant placé de l'autre côté de la rose et permettant de lire l'instrument alors qu'on le tient dans la main ou attaché au poignet à 40 ou 50 cm de l'œil.
Les boussoles à prisme ont généralement tout comme les boussoles à miroir une double rangée de graduations et de chiffres sur la rose : l'une est imprimée normalement et peut être lue à l'œil nu par dessus tandis que l'autre est inversée pour être lue avec une plus grande précision à l'aide du prisme.
La majorité des prismes sont articulés et rabattables de 180 degrés en avant et en arrière. Il existe cependant aussi une boussole à bracelet allemande dont le prisme s'efface latéralement (débattement de 90 degrés). La finesse du trait (alidade) gravé sur le verre du couvercle mise en relation avec le grossissement de la rose permet d'évaluer la valeur d'un angle au 1/3 de degré près.

Tout comme sur le modèle appelé système du Général Peigné, les oscillations de la rose peuvent être freinées à l'aide d'un piston.



La boussole à prisme permet d'observer en même temps :
- le paysage, donc la cible à l'aide d'un système de visée (au travers d'une vitre fixée dans le couvercle et munie d'une ligne de mire dans l'exemple ci-dessus) ainsi que
- les valeurs angulaires de la rose des vents à l'aide d'un oculaire adaptable à la vue de l'utilisateur.





(Cliquer pour agrandir)

 
Manuel d'utilisation des boussoles à prisme (1917)


(Cliquer pour agrandir)

Des photocopies de l'original en français et de la version anglaise sont disponibles ainsi que de la notice technique d'utilisation et d'entretien de la boussole MK 1 (1966) de l'armée de Terre (voir F. Barker & Son).




Illustr.: The Soldier's Handbook (Chap. 12 - Use of Compass and Map, 1941 - copie disponible en boutique)


Boussoles à prisme exposées dans le cybermusée :
- Boussoles à bracelet et à main faites par Hughes ou Sperry et conçues par Creagh Osborne
- Boussoles de topographie et d'artillerie : F. Barker, Hutchinson, Th. Jones, K&R, Lawes Rabjohns, M1918, Wichmann, Wilkie...
- Boussoles à main : F. Barker, F-L (French Ltd.), Ed. Koehn, PASTO, Stanley, T.G. Co. Ltd London et naturellement ...VERNER !

Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

- R -

Radio Militaire

Portrait : le type de gravure de cette boussole indique sa fabrication par Houlliot dans les années 1930.
Cette boussole de type similaire au Modèle 1922 (voir plus haut) mais placée dans un boîtier en bois et porte la mention "RADIO MILRE" (militaire). Nous supposons qu'elle servait à orienter un poste de transmission par " câble hertzien ".


Fiche technique
- Dimensions : 148 x 50 x 15 mm
- Poids : 135 g

Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

Radium, peinture au ~

La Société Nouvelle du Radium  fondée en 1907 par Jacques DANNE, (préparateur au laboratoire Pierre CURIE, mort en 1919) et sise à Gif-sur-Yvette (source: internet), a été l'une des premières installations industrielles au monde à fournir cette matière.
Un mélange* de cuivre et de sulfure de zinc (Zns+Cu) et de radium (226Ra) produisait par réaction une luminescence verdâtre. Lorsque le sulfure de zinc est "consumé" (au bout de 30-50 ans env.), il devient orange (voir photo du cadran DOLLOND) mais le radium continue à émettre des rayons gamma pendant des centaines d'années (période de demi-vie : 1602 ans). Cette peinture fut utilisée pour les chiffres et les repères des instruments de bord, des boussoles et des montres depuis la 1ère Guerre mondiale jusqu'à la fin des années 1950 env. Le capitaine Creagh-Osborne avait déposé en 1916 un brevet n° 110.203 (lien vers photo) concernant la réalisation de marques lumineuses au radium sur les compas. Voir les exemples dans le tableau.
ATTENTION DANGER ! RISQUE SANITAIRE : Lire dans Wikipédia The radium Girls. Plus d'information en anglais sur le site Vintage Watch Straps.

* Proportions: voir compte rendu de la réunion du 9 déc. 1915 de l'Amirauté britannique, observatoire des compas, p. 43.



Mode d'application de la peinture au radium

(Photos des cases 1 à 3  transmises par un contributeur anonyme)

Fioles de peinture de la
Sté Nouvelle du Radium

Boîte contenant des fioles enrobées de plomb et du matériel de peinture (godets et pinceaux).  
Le dosimètre placé à proximité indique env. 95 µSv/h, c'est à dire 1000 fois le débit de dose du rayonnement ambiant naturel (0,09 µSv/h).

Boussole directrice dite aussi de poilu (à partir de 1914): 1,7 µSv/h


Boussole DOLLOND (1916): 4 millirem/h

Compas Creagh-Osborne Pattern 259  (1917) : 2,84 µSv/h


Boussole de l'armée britannique
 (vers 1956) : 1,32 µSv/h


Boussole DOLLOND : cadran devenu orange

Document HOULLIOT : Page 1 de la fiche des opérations à exécuter pour la fabrication de la Boussole au radium fond à cercle Directrice fond tournant à flèche 55 mm (1911)
Fascicule des boussoles BÉZARD 1913 mentionnant les repères au radium (encadré de rouge) incluant une photo illustrant la lisibilité dans l'obscurité. La réglette auxiliaire elle-même présente deux traits de peinture lumineuse

Boussole à bracelet de F. Barker & Son: catalogue de 1920 (env.)




Boussole allem. de la Wehrmacht faite par Breithaupt (hap) :
0,87 µSv/h




Boussole de l'Armée Rouge :
1,09 µSv/h
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

RECORD

Portrait : ancien horloger suisse qui avait fabriqué dans les années 1930 une boussole d'un type très inhabituel. Elle avait été brevetée par Jakob Leutenegger de Bâle en 1933 (n° CH-160.792). Elles sont aujourd'hui très rares (pour en savoir plus, cliquer ICI). Elle se distingue par ses deux miroirs opposés qui permettent de voir une vue réfléchie non inversée de la boussole. Le brevet contient un mode d'emploi complet (en alllemand)

BOUSSOLE  MILITAIRE D'ORIENTATION ET A VISER
ARMEE-MARSCH-VISIER-KOMPASS)





NOTA : La mention "Armee-Marsch etc. " (ni sa traduction) n'est pas gravée sur la tranche de la version export.




Mode d'emploi en français (version courte, 1 p.)

Des photocopies de tous les documents sont disponibles
Fiche technique
- Matériau : boîtier en aluminium (version all.) ou acier (version fr.)
- Dimensions : 148 x 50 x 15 mm
- Poids : 135 g (alu.) /  250 g (acier)
- Hauteur, miroirs déployés : 75 mm
- Réglette de 120 mm sur le côté droit
- Un point lumineux sur le bord de la lunette rotative permettait de noter un relèvement. Points cardinaux en allemand ou français selon la version. Ligne de foi peinte en rouge sur une plaquette en verre recouvrant en partie la boussole. Des crans permettent de bloquer un miroir à 90° et l'autre à 45°.
- Modes d'emploi en allemand différents pour la Suisse et l'Allemagne (version longue, 4 p.):

Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

RECTA

Portrait : ancienne société suisse (pour en savoir plus, cliquer ICI).
Vue d'un prospectus en français datant des années 1950 : cliquer ICI.



Modèle DP d'origine : L'exemplaire présenté ci-dessous est très rare : son n° de série (01377) permet de situer sa fabrication au cours de la première année de production (1942).

(Cliquer sur les photos pour les agrandir)



Le modèle de base (voir brevet à droite) fut modifié en 1955 pour ajouter un système de correction de la déclinaison magnétique (voir figure du brevet n° 333971).
Fiche technique
- Graduation : 6400 mill.
- Matériau : aluminium
- Dimensions : 65 x 46 x 19 mm
- Poids : 100 g

Les premières séries portent les numéros suivants:
- 00001 à 07221 = 1942
- 07222 à 17383 = 1943
- 17384 à 38241 = 1944

Ce modèle de base a été suivi du DP5 utilisé en Suisse jusqu'en 1980, date à laquelle il a été remplacé par le modèle DP6 utilisé encore actuellement.

Fig. du brevet déposé en 1942 par Eric VAUCHER.
(copies complètes disponibles sur demande)
Visée (cliquer sur la photo pour voir la boussole de face):



Le DP5 tel qu'utilisé par l'armée autrichienne. À dr. sur la photo, en dessous de l'aigle héraldique autrichien, on voit l'abrév. BH 20. BH est l'abréviation de BUNDESHEER (armée de terre fédérale) à ne pas confondre avec la BUNDESWEHR (armée de défense fédérale) de l'Allemagne qui englobe toutes les armes.



(cliquer pour agrandir)
Modes d'emploi de l'Armée Suisse (copies dispo. fr. et allem.)



MODÈLE DS56

Fiche technique
- Dimensions : 100 x 65 x 18 mm
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

REFLECTOR

Portrait : Boussole à miroir simple dont il existe au moins deux versions. Le miroir est constitué par une plaquette de métal argenté, articulée et fixée à la lunette. Sur la version simple, le miroir peut tourner sur 360°. Sur la face arr. de certains modèles sont gravés les mots PATENT APPLIED FOR C.F.R. (brevet déposé pour C. F. Ryland). Le boîtier a de nombreux points communs avec celui d'une version avancée de la boussole (de gousset) de type Magnapole signée Short & Mason (dimensions, vis de fixation de la fenêtre de visée, anneau, verrouillage de l'aiguille, gravure des mots "THE REFLECTOR COMPASS" etc.)
Une version plus évoluée est une adaptation d'un modèle dû à F. Barker & Son, le Service Pattern Liquid Prismatic Compass créé en 1910.

THE REFLECTOR COMPASS






(Cliquer sur les photos pour les agrandir)
Fiche technique
- Dimensions (diam. x ht.): 50 x 20 mm
- Graduations du disque : 360°, flèche à la peinture au radium
- Divisions sur le pourtour du boîtier : degrés et points cardinaux (voir les boussoles de type Verner Mk VII). Cet instrument reprend en partie le concept de miroir décrit dans le brevet n° 24.792 de S. S. Lawrence (voir aussi Cruchon & Emons et PLAN Ltd).

Fabricant / concepteur : C.F.R. (voir ci-dessous)
Signature du revendeur au dos du boîtier: G. C. BATEMAN Opticians, Reading and Branches
Fiche technique
- Dimensions (diam. x ht.): 48 x 26 mm
- Dessin de la rose des vents: Service pattern (armée anglaise, 1ère G.m.). Forte teneur en radium.
- Cran de mire et cercle divisé sur un boîtier peut-être fabriqué par F. Barker & Son.
Au dos du miroir : n° du brevet 11787/15 déposé par Charles Frederick RYLAND (CFR), bijoutier, domicilié 109, Saint Michaels Road, Aldershot (6 pages, copie disponible).
Fabricant inconnu, distribué par JUNIOR, ARMY AND NAVY STORES Ltd., une coopérative créée en 1871 et transformée en société en 1879 (voir l'histoire complète dans Wikipedia - anglais)
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

Russie

Portrait : Cet instrument était désigné AK dans l'Armée Rouge. Il est pratiquement identique aux versions du Marschkompass (MK) allemand fabriqués pendant le IIIe Reich par Breithaupt, Busch etc. Ce type de boussole a également été fabriqué par FPM après l'occupation russe et la création de l'Allemagne de l'Est (RDA).
Il existe au moins deux versions : une militaire graduée en 6000 mill. et une civile (360°.
Voir aussi la version polonaise (plus haut).

Modèle AK (Artilleri Kompass) de l'Armée Rouge



Cliquer sur les images pour les agrandir
Dessin extrait du Manuel des matériels de topographie militaire (1973, cliquer sur le dessin pour voir la description détaillée)

Version civile


Fiche technique
- Dimensions: 75 x 55 x 20 mm
- Divisions: 6000 mill. ou 360 deg., sens hor., points cardinal en russe (voir Divers/points card.)
- La barre centrale blanche est orientée suivant un axe N-S alors qu'elle suivait un axe E-O sur les boussoles de la Wehrmacht (voir aussi FPM).
- Marquages lumineux : peinture au radium (lien vers une photo, version militaire seulement)

Voir aussi le site Orientation topographique avec une carte
Retour vers la RECHERCHE ALPHABÉTIQUE (boussoles à main)

SUITE