RÉPLIQUES ET FAUSSES ANTIQUITÉS

Les imitations grossières (sans autre valeur que pour la décoration, et encore...) les plus fréquemment rencontrées sont celles du cèlèbre modèle Brunton Pocket Transit Compass rebaptisé Brinton (photo de g.) ou Bronton et fabriqué sans doute en Inde ou au Pakistan, portent des indications fantaisistes quant aux dates qui ne correspondent pas au dépôt du brevet (en 1894) sont souvent aussi marquées au dos NATURAL SINE en tête d'un tableau de correspondance des valeurs angulaires) ainsi que la boussole T.G. Co. Ltd London Mark III (comparer avec les articles correspondants).

De nombreuses boussoles signées Henry-Hughes sont des productions modernes créées de toute pièce (voir plus loin).

Sommaire

- T.G. Co. Ltd London MKIII
- T. COOKE London
- KELVIN-HUGES (!)
- Boussoles " Nazies "
- Boussole horaire de Nicolas BION / Nicholas DION
- Instrument mixte arabe
- Diptyques (Villa Alcor)
- Boussole horaire chinoise
- Boussole de gousset classique

TG Co Ltd London - Modèle MKIII 1941

Très mauvaise reproduction (produite en Inde) du célèbre modèle Mark III (MKIII) de ce fabricant (comparer avec l'instrument d'origine).
La date gravée au dos du boîtier (1941) ne correspond à rien. Voir les détails ci-dessous.
- La ferrure de protection du verre est vieillie artificiellement et enduite d'un vernis brillant et il n'y a pas de prolongation à la peinture lumineuse de la ligne de visée sur la languette de protection du prisme.
- La vis servant à immobiliser la lunette n'est pas en seule pièce et imperdable mais consiste en une tige filetée et un écrou perdable.
- Aucun marquage lumineux nir sur la rose qui n'est pas en nacre et ne réfléchit pas la lumière ni sur le limbe.
- Certains exemplaires ne présentent aucun point indiquant l'abréviation du nom du fabricant.
- La capsule de contient pas de liquide.
- La couronne n'est pas fixée pas un jonc et se détache lorsque l'on retourne  l'instrument.
- La vitre du viseur dans le couvercle n'est que faiblement collée et se détache facilement ainsi que son cadre (voir photo ci-dessous).
- Le symbole du ministère de la défense britannique (appelé War Department à cette époque) était et est encore un trident appelé communément crowfoot (patte de corneille). Le symbole gravé sur ces reproductions ne correspond à rien de réel existant ou passé. Même en supposant qu'on a voulu représenter ici le trident en double exemplaire comme sur les instrument retirés du service (decommissioned), le dessin est faux car dans ce cas les deux tridents sont accolés dos à dos et non pas face à face et forment comme une étoile à six branches.



Photos des deux versions. Nous avons rajouté une rondelle de papier sur le petit modèle pour faire la photo.
Cliquer sur les images pour les agrandir

Vue du vernis chatoyant réalisé avec un produit servant à donner un coup de vieux au laiton



Les deux présentent les mêmes gravures mal imitées de l'original. La plus absurde est une version datée de 1836 !
(photo: cliquer sur le lien)
Fiche technique 

Existe en deux tailles: diamètre standard identique à l'original (58 mm) et surdimensionné (75 mm)
- Poids respectifs: 250 g et 375 g

On peut se demander laquelle est la plus absurde: Il existe même une version avec des emblèmes nazis (voir plus bas) !!



Cliquer sur les images pour les agrandir

Exemple d'une imitation assez bien réussie.
Il n'y a cependant aucune peinture lumineuse sous le limbe, ni sur le disque. Le triangle noir indiquant le nord sur le disque est identique à celui du cadran de l'instrument fabriqué par El-Op en Israel et il n'y a pas de rondelle de caoutchouc au dos. Le n° de série commençant par un S n'a jamais existé. Il pourrait s'agir de boîtiers bruts anciens complétés récemment de manière artisanale...
HAUT DE PAGE

T. COOKE London

Cette boussole est une grossière imitation des instruments de topographie produits au début du 20e s. par Thomas COOKE & Sons. Ces derniers présentaient une aiguille magnétique en forme de barreau (voir à l'article correspondant) et non pas une simple aiguille plate.

KELVIN-HUGES (!)


Objet sans valeur portant les noms célèbres de Kelvin et de Hughes mais avec une faute de frappe sans doute intentionnelle (HUGES) et une date fantaisiste (1918).



Photo Vidal Regals / Elisabeth Wolf Allemann

Texte du vendeur : BRONTON (faute de frappe intentionnelle ?) au lieu de BRUNTON
Imitations étranges de la célèbre boussole  BRUNTON pocket transit compass.

Articles produits sans doute en Inde marqués du nom du célèbre fabricant KELVIN & HUGHES et d'une date fantaisiste (1917).
 
Voir aussi en tête de page :  BRINTON
HAUT DE PAGE

BOUSSOLES " NAZIES "

REMARQUE IMPORTANTE
Certains objets et documents exposés dans notre musée sont des témoins de l'Histoire de l'Allemagne. Nous avons choisi de rendre fidèlement les contenus sans aucune censure.

On nous pose souvent des questions concernant l'origine de boussoles ornées de symboles de l'ancienne Allemagne national-socialiste (nazie / IIIe Reich), généralement une aigle héraldique et la croix gammée (svastika). On trouve ainsi des exemplaires de diverses marques sur les boîtiers desquels ces symboles ont été gravés ou collés. 
Sur certains objets, l'aigle a un plumage fantaisiste (image de g. : boussole Bézard, voir aussi plus loin) et ne ressemble pas à l'emblème officiel du IIIe Reich aux plumes droites. De plus, ce pauvre animal n'a pas de pattes (blessure ou malformation congénitale ?) contrairement aux emblèmes officiels (à dr.). La position de la tête est par contre exacte (lien emblème officiel). En héraldisme, les animaux regardent toujours vers leur droite sauf s'ils sont représentés sur le côté droit d'un véhicule (afin qu'ils ne regardent pas derrière eux !) ou sur le côté droit d'un uniforme.

On trouve aussi divers objets comme un cadran solaire équinoxial sur lequels des noms allemands fameux ont été gravés comme par exemple U-Boot (sous-marin), LEICA (fabricant de matériel optique), KRUPP (aciéries, canons) et bien sûr FÜHRER (le guide), l'appellation non offizielle mais généralisée du chancellier Hitler.
Même le slogan célèbre Alles für Deutschland (lien vers la photo d'une dague de SS (Tout pour l'Allemagne) comporte une faute d'orthographe : la lettre 'L' manque dans le mot Deutschland!

NOTRE AVIS : Tous ces " souvenirs " de mauvais goût ne sont que des attrape-nigauds sans valeur aucune. Les symboles du régime national-socialiste n'étaient employés que sur les documents officiels, les timbres, les uniformes, les drapeaux et pour l'identification des avions mais très rarement sur des outils ou des instruments. Jusqu'à preuve du contraire, seuls quelques compas de marine de la Kriegsmarine portaient ces symboles.

Aidez donc COMPASSIPEDIA en faisant un don plutôt que les faussaires ! Merci.



Photos R. Daunicht & Blohm

(Vue détaillée: cliquer sur la photo)

Le couvercle de cette boussole Bézard présente au-dessus du mot RICHTUNG (DIRECTION) une référence numérique (88/34) et deux symboles gravés, l'abréviation bien connue SS à gauche et celle moins connue RZM (Reichszeugmeisterei) à droite. La boussole standard des soldats pendant le IIIe Reich et la deuxième G.M. n'était cependant pas de type Bézard mais un modèle comme ceux présentés aux articles Breithaupt et Busch. Le service RZM était responsable du design de tous les articles officiels tels qu'uniformes, dagues etc. mais tous les objets devaient porter visiblement le sigle de protection ("modèle déposé") du RZM et la référence attribuée pour le secteur correspondant indiquant la catégorie industrielle, le groupe de matériau, le code du fabricant et l'année de production (cité d'après WIKIPEDIA). Ces informations n'apparaissant pas ici, ceci prouve que cet objet est l'œuvre d'un faussaire rajoutée sur une boussole ancienne.
La référence numérique est évidente : le chiffre 88 représente un redoublement de la huitième lettre de l'alphabet (H), de sorte que 88 signifie HH, un code utilisé dans les groupements d'extrême droite pour dire "Heil Hitler". Le chiffre 34 est la contraction de 124 c'est-à-dire Ab-D = Ausländerbefreites Deutschland = Allemagne libérée des étrangers (voir d'autres exemples de codes des néonazis ICI). Les codes des fabricants étaient composés d'une lettre et d'un chiffre (voir la Liste des codes RZM). Enfin, les matériels militaires ne possédaient pas de référence RZM car les forces armées (Wehrmacht, Luftwaffe ou Kriegsmarine) n'étaient pas des organisations dépendant du parti NSDAP.

Pure invention fantaisiste sortie d'un atelier indien ou chinois contenant une boussole moderne


Photo communiquée par un visiteur attentionné



La rose des vents est signée en lettres gothiques STANLEY LONDON : Ceci est une pure invention. Il n'y a jamais eu de boussoles de ce type au cours du IIIe Reich (régime NAZI en Allemagne). Il s'agit là d'une pure invention .
Stanley London est une entreprise contemporaine (voir résultats de recherche par Google)

Photos Fedorov Vasiliy
Imitation contemporaine d'une boussole de type BRUNTON (made in India, voir en haut de page) sur laquelle des plaquettes ont été ajoutées, marquées
- en haut : du logo de la société LEICA 
- au centre : médaille avec l'inscription: SÄCHS. FRONTSOLDATEN & KRIEGSOPFER-GEDENKTAG
(mémorial des soldats du front et des victimes de guerre de Saxe)
- en bas : DRESDEN, le nom allemand de la ville de Dresde et en-dessous à gauche (illisible) et à dr.: 1937


Photo Bisser Dobrev
HAUT DE PAGE
BERLIN - Anneaux des Jeux Olympiques de 1936
Cadran solaire - boussole méridienne - comparer avec l'instrument similaire daté 1938 plus bas.

Noter le nom de la célèbre marque d'appareils optiques LEICA collée sur la platine.
Photos Mark Toensing et A-M Sterk
FÜHRER FABRIK KRUPP -  1939 -
Alles für Deutsch_and* - DRP - BERLIN


Imitation grossière d'une boussole de type  Mk III britannique (voir plus haut et dans T.G. Co. Ltd) sur laquelle des emblèmes du régime nazi ont été rajoutés : aigle et svastika sur le prisme et pastille avec texte au dos. 
* Noter la faute d'orthographe dans le mot DEUTSCHLAND (sans L)


Photo K-K-Hoflieferant
FÜHRER FABRIK KRUPP 1939
Boussole de gousset type savonnette avec cadran solaire



Signe typique des imitations contemporaines made in India : l'agate verte de la chape d'aiguille. Les instruments anciens avaient une agate rouge. Les points cardinaux sont en anglais: E pour East, alors qu'il faudrait un O pour Ost en allemand.
Le texte est identique à l'exemple ci-dessus, faute d'orthographe comprise.


Photos Forum - Axis History 
Deutsches Reich - 1938 - "Deutschland über alles"
Boussole de type méridienne avec cadran solaire identique à celle des jeux olympiques de 1936 ci-dessus.
 
 
Le texte est sans faute mais la boussole se distingue par sa modernité comme toutes les autres : points cardinaux en anglais et aiguille chromée



Photos Ioannis Kalogeropoulos 
Boussole bon marché dans un boîtier moderne noirci à l'acide sur lequel on a soudé une croix gammée (voir les lignes concentriques au-dessous)  Le boîtier est probablement le même que celui où un aigle fantaisie et une croix gammée ont été rajoutés (voir plus haut, le fermoir à languettes.

Photos Nick Tsagarakis
HAUT DE PAGE
Boussole horaire de Nicolas BION
Des musées de renom ont confirmé que des imitations sont actuellement proposées sur le marché. Il s'agit là dans le meilleur des cas uniquement de reproductions sans valeur et non pas d'antiquités authentiques. Elles se reconnaissent facilement à la réalisation très grossière de la lame graduée du gnomon portant les chiffres des latitudes (40-50-60). Elles ont aussi toutes la même rayure derrière le nom de la ville de Venise (Venis'). En cas de doute, envoyez-nous des photos de votre instrument..
De plus, des instruments fantaisistes signés d'un certain Nicholas DION sont proposés sur le marché. Il ne s'agit pas ici d'une double faute de frappe: ce fabricant n'a jamais existé.



Photo Jaypee
(Cliquer pour agrandir)




Exemple d'une très bonne imitation

Instrument mixte arabe

L'instrument ci-dessous ressemble à première vue à un cadran solaire de type Butterfield mais il ne présente pas d'échelle horaire là où l'ombre du gnomon en forme d'animal est projetée. Seuls les signes du zodiac (et leur nom en arabe) sont gravés à la surface du cadran. Un index tourne librement autour du centre, là ou est articulé un gnomon en forme d'animal, en l'occurrence une chèvre. Il ne peut servir ni à déterminer l'heure ni à la navigation, ce n'est donc ni un cadran solaire ni un astrolabe, contrairement aux affirmations de certains sites commerciaux, mais un simple outil divinatoire. Il semble que la plupart des exemplaires proposés sur le marché sont des répliques de plus ou moins bonne qualité (comparer à l'exemplaire sans doute présenté à la rubrique RELIGION / ISLAM / Astrologie).



Photos J. Grobovsek
(Cliquer sur les images pour les agrandir)

Fiche technique
- Diamètre boîtier : 105 mm
- Diamètre boussole : 25 mm
- Epaisseur : 23 mm
- Gnomon : chèvre
- Inscriptions sur le cadran : signes du zodiac (symboles conventionnels et en langue arabe)
- Inscriptions sur face arr. : voir à dr.
- Inscriptions sur couvercle : cliquer ici
Face arr.


HAUT DE PAGE
 RÉPLIQUES DE DIPTYQUES


(Photo I. Kasse)


Cliquer sur l'image ci-dessus pour l'agrandir
- à g. : cadran soleil et boussole
- au centre : liste de villes et leur latitude
- à dr. : calendrier et orifice permettant de voir la boussole couvercle replié
- La face inférieure ne présente que le bois vernis.
Cet objet est une réplique d'un cadran solaire espagnol du 18e s. Elle est signée VILLA ALCOR qui était une entreprise espagnole (VILLALCOR SL, Calle Madrid s/n, 28607 El Alamo, Espagne) et exista probablement 20 ans (1985-2005). Villalcor fut rachetée par Hemisferium (créée en 2005).

Les noms des villes sont indiqués en espagnol (exemple : Venecia pour Venise qui serait Venezia en italien) mais les points cardinaux sont en anglais (W pour west au lieu de O pour Oeste en espagnol - voir DIVERS / points cardinaux) ce qui est absurde !

Les gonds (face arr.) et le verrou du couvercle sont de facture industrielle et donc des caractéristiques typiques des répliques modernes.


(Cliquer pour voir une vue détaillée de la boussole)
 

Le couvercle gravé présente à l'extérieur, une très belle carte de l'Amérique du Nord, une portion de l'Amérique du sud et deux voiliers (trois-mâts).
A l'intérieur du couvercle : cadran solaire double pour trois latitudes différentes : du 30e au 50e parallèle (502 = 50° 2')

Photos Milagritos25
(Cliquer pour agrandir)
 

Fiche technique
- Dimensions (fermé) : env. 87 x 63 x 8 mm
- Matériau : os ?

NOTA : Reproduction d'un instrument antique. L'aiguille aimantée est conforme aux éléments d'origine de par sa forme. Seule ombre au tableau, le boîtier est trop étroit ou le diamètre de la boussole est trop grand (il n'y a plus assez de place pour le chiffre romain VIII sur la gauche) et sur le cadran, la rose des vents, la graduation et les chiffres imprimés sont bien trop modernes. En outre, les îles nord du Canada n'ont été explorées que bien après que de tels instruments (19e/20e s.) eussent cessé d'être fabriqués.

BOUSSOLE HORAIRE CHINOISE

Imitation d'un cadran solaire chinois probablement fabriqué en Inde par un artiste (un faussaire ?) ne maîtrisant pas la calligraphie chinoise. Les planchettes sont aussi en trop bon état pour être véritablement anciennes.


Photo Carolyn Patricia -
Traitement Photoshop Jaypee




(Cliquer sur la photo pour l'agrandir)

Comparaison d'un caractère (n° 5 : 7-9 h du matin) :
- vignette du haut : caractère très mal dessiné (boussole de gauche),
- vignette du bas : le même caractère dans l'écriture classique soignée d'une boussole antique (diptyque 1).

Mode d'emploi : Ce cadran doit être disposé à plat, entièrement ouvert. Le nord de la boussole (signe bei) se situe au bas de la capsule sur la photo de g. L'observateur regarde donc vers le sud. Le soleil étant en haut à gauche à 7-9 h du matin, l'ombre du gnomon est projetée sur le caractère ci-dessus.

(voir aussi la catégorie Cadrans solaires, Chine)
HAUT DE PAGE
BOUSSOLE DE GOUSSET CLASSIQUE

Tous les signes caractéristiques d'une imitation de mauvaise qualité d'une quelconque boussole de gousset sont réunis ici :
- la pierre verte (au lieu d'être rouge) dans la chape de l'aiguille,
- le cadran en laiton (au lieu d'être ou blanc ou argenté, rarement noir),
- la flèche dirigée vers le haut qui prétend vainement imiter le trident de la British Army surnommé "crowfoot", patte de corneille)
et enfin
-  un marquage absurde constitué d'une date (1920) qui ne correspond pas à l'information MAKERS OF THE QUEEN (fournisseur officiel de la reine) d'abord puisque à cette époque c'était un roi qui régnait sur l'Angleterre, George V de 1910 à 1936, et enfin parce qu'aucun nom de fabricant n'est indiqué !


Photo Ante Budimlic (Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

HAUT DE PAGE